AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 13


MessageSujet: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 20:10

† Fitzgerald Spencer.
Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal.
ton âge : 52 ans de semblants et de faux semblants. 52 ans de faux et d'usage de faux. 52 ans a jouer un double-jeu qui risque de le perdre. 52  ans a ne plus savoir qui il est vraiment.
ton surnom : Fitz ou Gerald, mais il déteste tout bonnement ce second surnom. Fitz fera largement l'affaire. Quelques-uns ont prit l'habitude de le surnommer le faucon. Serres acérées, regard perçant, rien ne lui échappe. Rusé comme l'animal il en devient bestial.
ton job : Garde du corps pour le compte d'Isobel Fraser... Garde de ses pensées les plus folles. Il les connaît toutes et brûle de désir de les exaucer pour elle.
feat : Ralph Nathaniel Fiennes.
statut : Divorcé d'avec une erreur du passé. Il n'a pas seulement divorcé d'une femme, il a divorcé d'un passé de honte et de soumission... Trop aveuglé par ce soit disant amour de jeunesse, il s'était trop laissé faire. Il l'a abandonné elle et son pays d'origine. Lui et ses galères d’antan.

the player.
ton pseudo : Londoner
ton âge : 25 balais...
inventé, pv, scénario ? : scénario d'Isobel.
ton avis sur le forum ? : vous savez ce que j'en pense  :bed:

tes tics, tes manies, tes envies : Ambidextrie : ne pas croire que cela est une prouesse naturelle. Cris, coups et humiliations furent le résultat de cette particularité. Les doigts en disent encore long sur cette vieille habitude barbare. Le sang a trop coulé... Les règles en fer il n'aime pas ça le Fitz. Coldstream guard et déserteur : God Save The Queen mon cul ouais... Attendre des heures et des heures... Faire le tour de la cour, tel un chien abandonné, rongé par l'envie de mordre le premier venu... Flash, flash et encore flash... Putain de touristes de merde... Putain de protocole merdique ouais... L'envie de se barrer... L'envie de tout bâcler... Hurler à en perdre la voix. Tirer dans la foule, les yeux fermés. Mais respirer et reprendre ses esprits. Le mieux ? Partir... Tout abandonner et partir...  Refaire sa vie. Repartir de zéro et tout oublier. Tout du moins tourner la page et commencer à écrire un nouveau chapitre. Dog lover : brise nocturne, aboiements, sifflements... Jour après jour, mois après mois. L'éducation de ses deux doberman qu'il eut tout jeune n'est pas chose à prendre à la légère. Il aime ses bébés, les seuls compagnons qui peuplent sa vie d'homme taciturne. Et puis c'est le genre de chien que l'on voit bien avec un garde du corps. Oscar et Lucinda : amour, passion, interdit... Patronne... Envie d'elle, envie de rien... Outrepasser l'interdit et goûter au plaisir charnel illégal. Ne rien n'oser lui dire, peur de l'abandon et du jugement. Ludomane : accro aux jeux en tout genre et surtout aux jeux d'argent. Le casino de Cliffshire est sa seconde maison. Il en connaît tous les coins et recoins. Il aime le doux son des jetons qui s'entrechoquent, il aime l’enivrant parfum des billets verts. Il aime le frisson et l'adrénaline que lui procure le seul loisir qu'il s’octroie de temps à autre. Jumeaux monozygotes :  Elle sa moitié, son sang, sa chaire, son tout... Celle qui l'a toujours suivit quoi qu'il choisisse de faire... Celle qui a toujours tout fait les yeux fermés. Celle qu'il ne pourra jamais trahir et abandonner. Selina... Responsabilités : Père... Père sans le vouloir mais non sans le savoir. Il a décidé corps et âme de quitter femme et enfant pour sa liberté. Il n'a jamais connu sa fille. Il ne sait pas à quoi elle ressemble. Il ne veut tout bonnement pas la connaître. Mais elle, du haut de ses vingt et un ans, n'attend plus que ça. Voir le visage de cet homme qui n'hésita même pas à l'abandonner... Il ne connait pas encore l'odeur sucrée de ses anglaises blondes... Ne connait pas non plus ce bleu azur dans lequel tout un chacun se perd en la regardant. Et surtout, il ne connait pas cette douceur combinée à cette force de caractère qu'est Dakota. Mais tout cela, il aura bien à loisir de le découvrir. Bang Bang, My Baby Shot Me Down : bruit sourd, douilles laissées à l'abandon... Recharge rapide, bruit sourd, douilles au sol... Morts sur la conscience, blessures de guerre, passé inoubliable. Passé lourd de conséquence... La guerre et ses malheurs. La mort est sa meilleure amie. Odeur nauséabonde et néfaste. Insomnie : cauchemars, terreurs nocturnes, caféine à tout va... Flashbacks menaçants et récurrents... Stress et médicaments. nicotine : fumer à s'en faire cramer les doigts. Fumer contre le stress, pour le désir, contre l'ennuie, pour la satisfaction. Fumer pour se nourrir. Nourrir le corps et l'esprit. Se nourrir de merde jusqu'à en crever.

dans tes souvenirs, raconte-nous la première fois où tu as été confronté au « mal ». quelles étaient alors tes options et quel a été ton choix ? ✚ Une gifle, puis deux, trois et ainsi de suite. Pauvre garçon de sept ans. Pauvre enfant qui ne sait pas que tirer les cheveux de sa jumelle n'apporte rien de bon avec un père alcoolique. Ne plus sentir ses joues. Les larmes depuis longtemps maintenant ne font plus effet. Elles ne sont là que pour attiser la colère du chef de famille. Cris et pleurs éreintants, supplications et pardons. Ainsi va la vie chez les Spencer, ainsi le quotidien est maître. Ainsi demain il donnera sa place à sa jumelle. Enfants élevés à la dur, enfant baignés dans les vices et les dangers de l'alcool. Enfants du péché...
Chaos, black-out, sifflements... Les cris et les appels de ses collègues d'infortune arrivent à ses oreilles. Abandon, no mans land... Ses voix pourtant si proches, donnent l'impression à Fitzgerald d'évoluer dans un espace clos et confiné. Et pourtant le vent frais de ces derniers jours lui fouettent le visage. Ses joues en sont rosées tant ce dernier pique sa peau, tel la pointe d'une lame aiguisée. Il essaye de crier mais rien ne sort. Seul un murmure faible et apeuré fait écho aux appels de ses camarades. Le stress envahit chaque parcelle du corps de Monsieur Spencer. Il n'a que vingt ans ce pauvre garçon. Et le voilà entre les mains dure et froide de la guerre. Le voilà démunie de toute innocence et de toute fierté. Il n'est plus rien entre les balles ennemies. Il les évite tant bien que mal. Mais cette saloperie de métal lui entaille l'épaule puis le bas ventre. Les dents serrées, , la gorge sèche, la pensée qui s'évade... Ses parents... Sa jumelle... Putain sa jumelle quoi. Il ne peut se permettre de l'abandonner maintenant. Pas à cause de cette connerie de guerre. Ce n'est pas comme ça qu'il veut finir l'anglais. Pas maintenant... Pas de cette manière. Il prit, lui le non-croyant... Il prit pour sa survie. Et je ne sais qui ou quoi l'entend. Cette main tendue il la prend. Il la serre de toutes ses forces. Les larmes coulent, la tension s'affaisse. Les voix se font plus présentes, mais il perd connaissance. Ce sang impur qui coule de ses mains. La seule option valable en ces lieux. Tuer ou crever...  tes choix de vie t'ont-ils déjà apporté des ennuis ? ✚ Blessures, cauchemars et angoisses. En ce mots se trouvent les quelques bribes d'ennuis accumulés depuis des années. Ces choix passés  ne sont que le reflet de l’insouciance. Tomber pour mieux se relever.  Accepter les hauts comme les bas. Déserter pour refaire sa vie. Penser faire table rase du passé, mais s'attirer des problèmes. Spectre sans nom et sans visage. Fantôme des souvenirs brumeux mais toujours présents. Retourner à la surface pour sortir la tête hors de l'eau et respirer profondément. Ne pas flancher et résister. Faire face à l'adversité. Redevenir ce soldat qu'il était. Mais cette fois ne plus se laisser faire et agir par ses propres moyens. Faux et usage de faux, double identité, amour futile et forcé. quelle importance accordes-tu à l'humanité dans son ensemble ? comment te comportes-tu socialement ?  ✚ Jeune, Fitz a toujours été ce bon copain, ce compagnon sur lequel on pouvait faire confiance. Celui qui répondait toujours présent. Malheureusement les ordres étaient les ordres. Nombre de ses connaissances de l'époque lui tournèrent le dos. Pour certaines personnes, il pouvait passer pour un être infâme et sans âme. Cœur de pierre dans un corps froid. Automate exécutant des ordres, automate assassin. La guerre et ses malheurs, la guerre et ses morts. Pour Monsieur Spencer l'humanité se résumait en deux camps. Les bons et les mauvais. Lui bien évidemment se trouvait chez les bons. Et il se devait d'éliminer la vermine qui lui faisait face, arme à la main et couteau à la ceinture. Mais plus les mois passèrent, plus son état d'esprit changea. Il commença à douter, se demandant si en fait il ne se trompait pas de chemin. Était-il certain à cent pour cent de combattre pour les justes ? Rien n'était plus sûr. Ses ennemis face à lui pensaient-ils la même chose ? Étaient-ils habités par ce sentiment d'incertitude ? Partagés entre le devoir et les remords ?
Le passé le transforma. Il le façonna de telle manière qu'il ne vit que pour lui. Il est devenu un loup pour les hommes. Peu de personnes ont le droit à son respect total. Il ne recule devint rien. L'humanité n'est qu'un vague concept à ses yeux. Rien d'autre qu'un moyen de menotter et verrouiller l'être humain. serais-tu plutôt la « tête » ou la « main » ? ✚ Fitz est un savant mélange des deux. Jeune il était plutôt cette main parmi tant d'autres... Petite main ensanglantée jouant aux guerriers avec des armes, des vraies... Petite main innocente, prise parmi tant d'autres pour exécuter les basses besognes dont les grands hommes de la société ne veulent pas. Petite main maniant aussi bien les armes blanches que les pistolets. La tête qu'il n'était pas encore à l'époque, n'était là que pour lui donner les ordres que lui, la main, il devait exécuter sans broncher. Toute ces années à baisser la tête et obéir... Tout ça pour quoi ? Pour des larmes et de la douleur. Sa revanche il aurait coûte que coûte. Et pour cela, il devait penser par lui-même. Il devait impérativement cesser d'écouter les autres et surtout agir pour lui. Arrêter de se faire dicter sa vie. Il serait enfin les deux. Son seul et unique patron. Être et s'ériger. quelles sont tes pires craintes et tes plus grandes angoisses ? ✚ Insomnie récurrente. Fatigue omniprésente. Douleurs lancinantes. Accalmie inexistante. Outrepasser les apparences et scruter la moindre faiblesse de ce bonhomme. Sentir l'angoisse ronger ses espérances les plus profondes. Le passé resurgit tel un boomerang lancé à toute vitesse. Et le coup fait mal. Il frappe dans la nuque, emplit d'une lâcheté sans nom. Ce temps révolu tapis dans l'ombre, attend la nuit tombée pour attaquer. Lui et ses rancœurs, lui et ses douleurs... Usé... usé d'avoir mal, usé de seulement se sentir existé par un passé lourd et imposant. Aimerait se libérer. Défaire les chaînes et hurler. Hurler sa douleur et sa peine. Tout simplement angoissé de ne jamais oublier, angoissé de devoir vivre avec et ne pouvoir accepter. dans ces adjectifs, le(s)quel(s) te définis(sent) le plus ?✚  improvisation, impétuosité, rêverie, instabilité, adaptivité, sens pratique, intuitivité, négligence, gaspillage, passivité, habitude, introversion.



be quick... or be dead.
C'était à nouveau la valse des sourires.
Étonnant comme parfois on prend des résolutions, on se dit que tout sera ainsi dorénavant,
et il suffit d'un mouvement infime des lèvres pour casser l'assurance d'une certitude qui paraissait éternelle.


Foutre les pieds dans cette ville pour la première fois de sa vie. Prendre la décision d'être sois-même une bonne fois pour toute. Dire adieu à Andrew Stark, ce jeune homme qui lui servit d'alibi. Ce jeune soldat qui partit à la guerre à la place de Monsieur Spencer. Recouvrir un autre nom et devenir cet homme, avec ses qualités et ses défauts. Adopter ses envies et ses désirs... Ne plus savoir qui l'on est vraiment. S'oublier pour épouser l'autre. Se perdre dans ses mensonges, jouer avec le feu et marcher sur un fil bien trop fin pour résister bien longtemps.
Déserter pour ne pas se faire lyncher. Garder son secret et ne plus être abusé. Brûler toute trace d'un passé inventé et se demander comment... Comment a-t-on fait pour résister et ne pas lâcher ? Avoir décidé pour soi d'une nouvelle vie, espérant que son enfance ne le rattrape pas, mais avoir échoué. Toujours souffrir, toujours subir. Les cris et les larmes de l'enfance, se transforment en cris et larmes de la guerre. Sentir le poids de son père... Sentir le poids du diable qui était en lui. Un père bagarreur, un père alcoolique... Un patriarche violent et fracassant.

Devoir tout lui avouer ? Au risque de ne pas avoir ce job ? La seule chose dans la vie qu'il sait faire. La seule chose qu'il a faite. Protéger, tirer et tuer... Isobel Fraser, belle jeune femme, cheveux aux vents, tel les blés jouant avec la bise. Yeux azurs dans lesquels ont se perd. Pauvre veuve éplorée, besoin de jouer aux grandes pour se sentir exister. Rentrer dans la cour des grands et faire une entrée plus que fracassante. La baronne comme ils l'appellent dans le milieu. Un surnom qui fait rêver, qui donne envie et qui fait saliver Monsieur Spencer. Rêver d'être un baron. Un baron de le drogue, un roi dans son royaume, un empereur dans son empire. Sourire à tout ce qu'elle lui dit, se montrer fort agréable et charmant lors de cet entretien. Savoir qu'il n'a pas forcément le physique du parfait body guard, mais savoir se mettre en avant. Montrer ses qualités mais savoir se mettre en retrait. Lui montrer que la patronne c'est elle, mais garder au fond de soi ses envies les plus sombres. Devenir son ombre, se vouloir irremplaçable. Donner un besoin, le besoin de sa présence, le besoin de sentir son souffle, de le voir du coin de l’œil. Compter sur lui quoi qu'il arrive et donner le coup de grâce là où ça fait mal.
Vivre par soumission, envier la vie d'une autre. Oser espérer prendre ce pouvoir et ne jamais le perdre. La faire taire, mais devoir rester dans l'ombre. Dire oui à toutes ses envies... Envie de lui faire plaisir. Envie de la serrer, l'embrasser et l'aimer. Perdu entre cette ambition ardente et ce sentiment qui s'apparente à de l'amour ou tout du moins à quelque chose de similaire.

Ce n'est pas toi qui disait que la vie était une valse et qu'il fallait danser avec elle?
Il faut être deux pour danser la valse.


Divorcer... Divorcer pour mieux détester. S'écarter de l'amour, d'un amour qui s'est voulu imposé et non partagé. Préférer s'en aller et ne pas l'abîmer. Avoir peur de devenir comme lui et tout faire pour s'écarter de la boisson. Pourtant partir comme un lâche et un sale con. Pas forcément mieux que son père, mais quitter tout l'esprit léger. Se promettre de ne plus jamais se faire dicter sa loi, ne jamais tomber amoureux et pourtant ne pas comprendre ce qu'il lui arrive.
Vouloir la caresser mais également la mettre à mal. Envieux et amoureux. Mauvais mélange que ces deux-là. Peur de se perdre dans l'un des deux. Ne jamais avoir aimé et ne pas savoir s'il est amoureux d'elle ou de son pouvoir. Et pourtant tout savoir d'elle et aimer en apprendre plus... La vouloir, la posséder, l'aimer et  l'émouvoir.


Dernière édition par Fitzgerald Spencer le Lun 21 Mar - 22:15, édité 31 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 138


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 20:24

leche

t'es sexy. koeur :sex:

_________________

    FORGOTTEN TASTE OF YOUR KISS

    Il existe dans tous les sentiments humains une fleur primitive, engendrée par un noble enthousiasme qui va toujours faiblissant jusqu’à ce que le bonheur ne soit plus qu’un souvenir et la gloire un mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je n'm'enfuis pas,
je vole. ➹
CARTOUCHES : 560



Bang bang.
TON JOB: marchandise qui se fait la malle.
TON AGE: vingt-quatre ans et demi.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 20:24

Ah que reuh bienvenue toi. :face:
Vu que je vis chez Iso', il nous faut un lien ! <3
Bonne chance pour la finition de ta fiche *w*

_________________


k a l i .
(/ˈkɑːli/), also known as Kālikā, is the Hindu goddess associated with empowerment, or shakti. She is the mighty aspect of the goddess Durga. The name of Kali means black one and force of time, she is therefore called the Goddess of Time, Change, Power, Creation, Preservation, and Destruction. Her earliest appearance is that of a destroyer principally of evil forces. Various Shakta Hindu cosmologies, as well as Shākta Tantric beliefs, worship her as the ultimate reality or Brahman; and recent devotional movements re-imagine Kāli as a benevolent mother goddess.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 13


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 20:31

Toi aussi tu es sexy tu sais :sex: :lev: langue

Ahah Kali avec plaisir, mais je te préviens que tu auras le droit à un interrogatoire costaud. Il faudra montrer patte blanche pour s'approcher d'Iso je te préviens... mouais moustachio
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 155


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 20:46

Tu choisis que des avatars de malade en fait :brill:

Bonne chance pour ta fiche et prend soin de Iso I love you I love you

_________________

On n’a pas de but ni de vraie place. On n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression c’est nos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 117



Bang bang.
TON JOB: chimiste en parfumerie et prostituée officieuse pour la mafia russe.
TON AGE: vingt-cinq ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 20:51

Bon déjà Ralph, pis ce personnage de fou... je me meurs. Elle a du goût Isobel. valou

Rebienvenue parmi nous ! :rainbow:

_________________
my blood type is no negative, but i'm positive the dark ain't deep. just switch your light on when we hit the streets. ✻✻ you can drink a mint tea by the red sea as you're living out whose fantasy,
Dancing on the ledge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

something spicy
can't never be sweet
CARTOUCHES : 98



Bang bang.
TON JOB:
TON AGE:
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 8 Mar - 21:38

Oh ce choix !!! J'avais un peu zieuter ce scena tellement il était cool !
(d'ailleurs, j'ai déjà eut un perso avec un speudo quasi similaire. Viens dans mes bras)

Re-bienvenue ! :D

_________________


There are two ways of spreading light:
to be the candle or the mirror that reflects it.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 56



Bang bang.
TON JOB: Femme de ménage
TON AGE: 27 ans, l'éternité au coeur
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mer 9 Mar - 14:21

Pourquoi je suis la seule à ne pas capter quel DC tu es ? :tebé:
Mais du coup reuh-bienvenue mouahhah. J'aime le nom, j'aime l'avatar et j'aime le début de ta fiche. Hâte d'en savoir plus là ! :light:

_________________



"Comment le vent sait-il dans qu'elle direction il doit souffler ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mer 9 Mar - 14:44

super choix de scénario. :brill:
contente de voir qu'il sera entre des mains, toi et ta jolie plume. bon courage pour la suite ! ohyeah
Revenir en haut Aller en bas
avatar

in carnage i trust
CARTOUCHES : 719



Bang bang.
TON JOB: Avocat et bourreau des temps modernes.
TON AGE: 54 printemps.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mer 9 Mar - 15:27

Merci beaucoup à tous. Vous êtes des amours koeur cutsy

Opa voici mon premier compte Razz

*va faire un câlin à Aditi calin *

_________________
Fucking Unbelievable
I believe in the god of carnage. The god whose rule has been unchallenged since time immemorial. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fuckyeahmisterwaltz.tumblr.com/
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 13


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Lun 14 Mar - 23:07

Oh je viens de prendre peur en voyant que demain ça fait déjà sept jours. Pourrais-je avoir jusqu'à vendredi pour terminer ma fiche ? Merci beaucoup :brill:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mar 15 Mar - 13:25

Tu sais, tu peux te l'accorder toi-même maintenant leche j'approuve :brill:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 13


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Mer 16 Mar - 23:59

Merci beaucoup. J'ai préféré demander en bonne et due forme :brill:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 121


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Ven 18 Mar - 17:17

re bienvenue sur le forum :)
bon courage pour le reste de ta fiche :)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 138


MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   Lun 21 Mar - 23:02

J'adore ce que tu as fait de lui :brill: je ne suis pas déçue d'avoir patienté, tout du contraire :brill: J'adore Fitz et j'ai hâte de les jouer ensemble :hrt: Je te mets chez les manipulateurs donc valou et demain, on discutera d'un joli petit rp entre nous valou :bed:
Maintenant que tu fais officiellement partie de notre grande maison ( moustachio moustachio approuve), j'te donne des petits indices pour savoir quoi faire maintenant, et ce que le grand terrain de jeu de notown blues met à ta disposition. :keur: Déjà, je te conseille d'aller lire les annexes si ce n'est pas fait, ainsi que les les règles de mr le maire, ça t'aidera à t'imprégner de l'ambiance :face:. Ensuite, si tu veux te faire plein d'amis (et de bons ennemis surtout ), il faut aller poster une petite fiche de lien. Et puis si vraiment t'es hyper pressé et que t'es un sacré joueur, il y a la loterie des rps, hyper pratique pour écrire vite et en excellente compagnie. :perv: Plus classique, tu peux demander un rang, un lieu auquel on n'aurait pas pensé, un logement et puis créer ton petit scenario. Voilà, t'as tous les éléments...

Que ton voyage commence. :rip:

_________________

    FORGOTTEN TASTE OF YOUR KISS

    Il existe dans tous les sentiments humains une fleur primitive, engendrée par un noble enthousiasme qui va toujours faiblissant jusqu’à ce que le bonheur ne soit plus qu’un souvenir et la gloire un mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...   

Revenir en haut Aller en bas
 

J’ai sauté, Oh mes frères, et j’me suis foutu par terre mais pas en l’air...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Frères d'Armes, ou comment jouer avec n'importe quelle figurine médiéval-fantastique
» Debout mes frères, du travail pour vous!
» [eldar - liste]Frères de bataille
» Une petite escouade des frères d’armes de la confrérie galactique !
» [Frères de tous les pays levez vous!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 02. The Assassination of Jesse James. :: Les sentiers de la perdition. :: Les affranchis.-