AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 wicked game. (IVAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

† Invité
Invité

MessageSujet: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:12

† ivan travieso.
Il s'était égaré un temps, entraîné par ses passions et les péchés de la chair.
ton âge : trente-neuf années d'errance dans ce monde infâme ; trente-neuf années d'amertume qui le consument. Trente-neuf années, à s'en arracher le crâne jusqu'à en succomber, à s'en rendre fou, à s'en rendre fêlé.
ton surnom : on l'évite jusqu'à se glisser dans la pénombre, pantin des ténèbres qu'il est. Le pauvre fou, qu'il se fait appeler. Fou furieux, fou amoureux. Pointé du doigt. Moqueur moqué, la risée des pourris gâtés.
ton job : les cadavres animent son quotidien, las de la vie. L'homme des tombes qu'il est, sombre fossoyeur acharné.  
feat : jon bernthal.
statut : la solitude s'ancre à son cœur meurtri, où tout n'est que rancœur. Une reine disparue, qui a sombré dans les bras d'autrui. À cause de sa négligence, à lui. Et lui, devenu cavalier seul. Cavalier solitaire, enfui entre les cuisses de conquêtes éphémères.

the player.
ton pseudo : the road.
ton âge : dix-neuf ans.
inventé, pv, scenario ? : inventé.
ton avis sur le forum ? : un joyau.

tes tics, tes manies, tes envies : Un sourire oublié qu'il affiche sur son visage masqué. Un jeu dont il s'amuse, dont il se lasse. Usé jusqu'à la moelle, emplie des crasses d'autrefois. Un sourire pour le maître pantin qu'il est, jusqu'à la nuit tombée. Et les corps qu'il aime, les courbes des demoiselles qu'il vénère. Comme des dames infâmes, il les sème et les consomme. C'est comme ça qu'ils les aiment, ces demoiselles éphémères. Des peaux entre ses reins, des gémissements jusqu'au matin. Des mots écrits sur les murs, des coups de hanches envolés. Un orage qu'il s'imagine entre ses os, une rage qui s’agglutine, affamée de maux. Un esprit dévasté, mort. L'envers du désespoir qui s'accumule, tous les soirs. Quand le vide l'assassine, quand le vide le chagrine. Des lèvres mortes embrasées par l'amour enterré. Et la fumée qui l'entoure. Rien de plus que des cercles nuancés, échappés des mégots accumulés. De cette arme fatale qu'il se plaît à manier entre sa mâchoire tremblante, sa bouche béante. Les cigarettes au bec, la gueule ouverte. Les clopes en hommage à ses beaux yeux oubliés. Contre son corps, des cadavres de verre usés. L'alcool avalé. L'ivresse d'un soir, pour oublier les faiblesses d'autrefois. L'alcool pour étouffer les flammes qui le consument. Les flammes jaillissantes de la femme qu'il a consommé. Elle, l'autre créature divine, fruit des ténèbres. L'alcool pour sombrer dans un lendemain passé. Pour oublier les courbes délicates et les rires écarlates. Le remède à des maux emplis de blasphèmes. Le remède à des maux éternels. Et les doux murmures, qui hantent ses nuits. Un monde en feu dont personne ne peut le sauver. Le désir qui le pousse à succomber, la perpétuelle agonie dans laquelle il est. Il rêve de courbes, il rêve de peaux douces. Il rêve d'autrui. Un jeu qui le pousse à sa perte, triste perverse de son monde en ruine. Triste perverse à laquelle il ne veut pas succomber. À laquelle il ne veut plus succomber.  Comme un tic tac qui résonne en son torse saccagé. Une rencontre qui lui fit l'effet d'une bombe. Un amour perdu, oublié. Un amour réanimé. Un orchestre intense dans son torse. Son torse saccagé. Cet écarlate, cet éternel boom boom. Ce tic tac, qui lui fait l'effet d'une bombe. Elle et son infâme explosion au creux des reins.

dans tes souvenirs, raconte-nous la première fois où tu as été confronté au « mal ». quelles étaient alors tes options et quel a été ton choix ? ✚ Elle était étrangement belle, comme une sirène venue d'un autre temps. Il y avait eu le doux parfum de l'océan, gravé dans ses yeux irrités. Et tandis qu'au-delà de l'horizon, sa femme se terrait à la maison, il avait succombé. Oublié sa raison. Maître des péchés, avait-il songé. Il l'avait embrassée de ses lèvres usées. Il l'avait caressée de ses mains abîmées. Il l'avait heurtée de ses coups de reins regrettés. Elle et sa douce folie. La folie des battements de son cœur. Le temps d'une nuit, il l'avait oubliée. Celle qu'il avait juré d'aimer pour la vie. Celle qu'il avait trahi. Le temps d'une nuit. Pour la vie. tes choix de vie t'ont-ils déjà apporté des ennuis ? ✚ Une erreur du passé qui le hante, désormais. Une erreur du passé qui le hantera, à tout jamais. L'alcool pour oublier l'horreur commise. La chair qu'il avait consommée. Une mauvaise route qu'il avait empruntée avec fureur. Avec ardeur. Et aujourd'hui, il en payé le prix fort. Le désespoir, il le côtoyait à chaque instant. Les ennuis, il les avalait jusqu'à s'en souiller le corps. Les regrets, les remords. La rancœur, tout lui pourrissait   le cœur. quelle importance accordes-tu à l'humanité dans son ensemble ? comment te comportes-tu socialement ?  ✚ ici la réponse en quelques lignes. serais-tu plutôt la « tête » ou la « main » ? ✚ L'ivresse qui l'envahit, les lendemains emplis d'imprévus qui l'enchaînent ; comme sa pitoyable négligence. La main, sans aucun doute. L'esprit trop occupé à pleurer. L'esprit trop occupé à agoniser pour quoi que ce soit. L'esprit vagabond, la tête songeuse, il en oublierait presque son histoire. quelles sont tes pires craintes et tes plus grandes angoisses ? ✚ Il la voyait déjà, s'enfuir. Valises à la main tandis que hurlait le portail, qui se refermait. Il la voyait déjà, sa silhouette. Sa silhouette qui se dessinait sur l'horizon, tandis qu'elle le quittait. Une peur réalisée, à cause de ses péchés. Lui, envoyé aux oubliettes. Le temps de quelques semaines, avait-elle dit. De se remettre des émotions vécues. De la trahison perçue. En vain. Il y avait eu trop de coups de reins, trop de rires enfantins. La peur de la perdre avait pris le dessus sur ses péchés. La peur de vivre sans elle, lui,  l'avait consumé.  dans ces adjectifs, lesquels te définissent le plus ? ✚  improvisation, impétuosité, rêverie, instabilité, adaptivité, sens pratique, intuitivité, négligence, gaspillage, passivité, habitude, introversion.


Dernière édition par Ivan Travieso le Jeu 14 Jan - 14:22, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:12



be quick... or be dead.

THERE'S A STORM ON THE STREET BUT YOU STEEL DON'T RUN. + C'était toujours ce parfum infâme qui flottait dans les airs. Un arôme malsain, teinté d'ivresse et d'allégresse. Un parfum qui couvrait l'autre. Un parfum qui dégageait celui de sa faiblesse. Il avait fui comme un enfant apeuré. Il les avait quittés comme un malmené. Il les avait abandonnés, eux, les pauvres âmes en peine de ces rues abîmées. Il les avait quittés comme un lâche, comme un fou. Conscient des remords qu'il aurait par la suite. Comme inconscient des torts qu'il causerait, ensuite. Le père disparu sous les cendres de la ville, perdu dans les abimes. Il le savait, Ivan. Il savait qu'il était là, quelque part. Dissimulé dans la pénombre des ruelles. C'était les faibles murmures qui résonnaient à travers le paysage qui l'avaient poussé à le croire. Les rumeurs qui s'étendaient au-delà du rivage. Loin à travers l'horizon, tout le monde savait. De tristes chuchotements que l'on venait lui susurrer au creux des lèvres. Un sourire moqueur sur le visage. Tout le monde le savait. C'était une perpétuelle chute. Cette constante descente qui, jamais, ne cesserait. Sans un instant de repos, c'était l'éternelle souffrance qui teintait son corps déjà mort. Et partout autour de lui, tout n'était que destruction et chaos. Le désordre d'une mère, emplie de désespoir. Où chaque soir, elle criait gare. Et lui, qui hurlait, encore et toujours, un au-revoir. C'était une perpétuelle chute. Une chute qui l'assassinerait un peu plus encore, tandis que son corps toucherait le fond. Tandis que son corps se briserait en mille morceaux. Une infinité de débris, qui joncheraient le sol. Et il ne resterait de lui rien de plus qu'un pathétique paternel. Qu'une mère amère. Et au loin, devant ses yeux morts, il y aurait les vestiges du passé. Avec toujours cette arôme, emplie de haine et de colère. Cette arôme teintée de faiblesse. Il échouerait toute sa vie, il le savait. Homme misérable qu'il était. Dès son plus jeune âge, il l'avait su. Il l'avait compris alors que l'indifférence et le mépris le frappaient à chaque instant. Il l'avait compris alors que la solitude s'ancrait à son corps trop fragile. Lui qui était trop frêle. Trop instable pour être de ce monde. Un incompris dans la foule. Un visage et rien de plus. Il n'était qu'une âme en peine en ce monde de sauvages. En ce monde de noirceur et de ténèbres. Lui, l'âme-haine. L'âme solitaire. L'âme éphémère. « Quel monde de merde, c'est pas fait pour moi, tout ça. » qu'il répétait, chaque nuit. Comme un jeune loup en peine, il n'était qu'un gamin perdu et rien de plus. Avec une mère un peu trop éphémère et l'absence d'un père un peu trop éternelle, à ses tendres yeux. Il n'avait était qu'un gamin innocent qui avait dû grandir trop vite. Poussé par les cris de sa mère, elle aussi, emplie de désespoir. Et tout autour d'eux, c'était une couleur intense. Un noir sinistre, sans lendemain. Il n'y avait plus aucun sourire sur ces visages. Il n'y avait plus que la misère et la richesse d'antan, oubliée. Il n'y avait plus que les souvenirs d'autrefois. Et lui, le temps passé à compter les jours, sur ses doigts enfantins. Il n'était qu'un gamin, aujourd'hui encore. Et elle, qu'une vieille en détresse, parmi tant d'autres. À crouler sous l'alcool et ses péchés.
Lui, jeune incompris de ce monde infâme.

YOU LET YOUR BODY BURN LIKE NEVER BEFORE AND IT FEELS BETTER THAN LOVE. + La noirceur de la ville couvrait son corps tremblant, tandis que l'orchestre résonnait dans sa poitrine. Les battements de son cœur ne cessait de s'agiter tandis que lui, désespérait. Elle avait pleuré, elle avait succombé au malheur. Tout autour de lui, tout n'était plus que d'une sinistre couleur. Il y avait un monde de gris, un monde de noir qui l'entourait. Les couleurs du passé et ses rires dorés avaient disparu. Il n'y avait plus que le désespoir des enfants perdus, qui surplombait sa pathétique vie. Où tout était trop misérable, pour lui. Où tout était trop infâme, pour eux. Femme y compris. Il y avait eu, par le passé, quelque chose de beau en eux. Comme un joyau qui résonnait en leur sein. Qui les soudait, encore et toujours. Quelque chose qui les animait, une passion dévorante et un amour accablant. Et puis, tout avait disparu. Sans raison. C'était un silence pesant, désormais, qui résonnait. C'était un silence malsain où chacun pleurait, au beau matin. Tout était devenu laid. Triste. Fade. Comme une vie sans saveur, comme un amour sans bonheur. Ils s'étaient perdus, l'un et l'autre. Et tandis qu'il sentait que sa bien-aimée fuyait, lui, s'enfonçait. Il sombrait un peu plus dans les ténèbres, la misère et l'ivresse. Sa compagne éternelle le quittait.
Et elle. L'autre femme. Plus jeune. Plus frêle. Plus infâme encore. Elle était belle. Belle comme une nuit d'été, belle comme une brise glacée. Elle était belle, avec ses longs cheveux bruns et ce regard océan. Ce regard avec lequel elle le dévorait. Elle était belle, oui. Mais c'était d'une beauté qu'il avait rarement vu. Comme des ténèbres enivrants, il y avait quelque chose de fascinant chez elle. Quelque chose d'étrangement malsain, qui l'attirait. Encore et toujours. C'était pour ça qu'il l'avait embrassé, la première fois. C'était pour ressentir cette noirceur explosait en lui. Il y avait eu des coups de reins, des étreintes cachées derrière son chagrin et il y avait eu des nuits enflammées. Encore et toujours.  Avec son corps mêlait au sien et son souffle court. Il y avait quelque chose d'étrange, en eux. Comme une passion malsaine, comme un amour dénué de tout. C'était juste le plaisir de la chair, le plaisir de l'autre. Avec, à jamais, le besoin de l'autre. C'était ce qu'il se disait, lui. Pour elle, il n'était qu'un pantin. Ivan, un homme de plus parmi tant d'autres. Mais elle, à ses yeux, elle était ce qu'il y avait de plus beau en ce monde. Plus beau encore que sa femme. Même s'il l'aimait toujours, l'autre. C'était juste quelque chose d'étrange. De malsain. Un pur bonheur que de plonger dans ses bras malheureux. Une attirance emplie de ténèbres, qui le noyait dans la misère. Elle était d'une innocence perverse, la gamine. Sa jolie demoiselle, aux courbes exquises. Il l'aimait d'un amour infini. D'un amour de passion et de haine. Il l'aimait parce qu'elle le détruisait. Il la haïssait parce qu'elle l'assassinait. Un peu plus encore. Elle était la tentation de toujours, Judith. Sa petite à lui. Possessif, jaloux de ceux qui posaient leurs mains sales sur elle. Elle et son corps acharnée. Elle et son corps parfait. Il la voulait plus que tout. Il la désirait plus que tout. À en perdre la raison, à en perdre la tête. À en perde l'autre. L'épouse. Il le savait, mais il continuait. Il continuait à s'enfoncer dans les ténèbres. À se précipiter vers elle, la maîtresse. L'amante de ses nuits. Et il continuerait. À jamais. Jusqu'à en perdre tout ce qu'il avait de plus précieux.

WE SAY GOODBYE IN THE POURING RAN AND I BREAK DOWN AS YOU WALK AWAY. + Il y avait cette infâme mélodie au creux de son torse, parsemée par son souffle coupé. Cette enivrante odeur qui hantait ses pensées et ce regard d'innocence qui agitait son cœur. Comme une danse qui s'accrocherait près de ses reins, qui suspendrait son corps dans le vide et le ferait s'oublier quelques secondes. Il y avait ce visage qui flottait dans ses pensées et cette douce voix qui murmurait à son oreille. Les jolis mots d'une demoiselle qui s'évadaient et transperçaient sa sinistre âme. Et il y avait les couleurs qui teintaient la pièce en un tableau sombre. Les flammes des bougies qui scintillaient dans les airs, comme un ouragan dans les hanches. Avec ce rouge empli de passion et ce noir désespoir, elle était partout. Il y avait devant ses yeux les grandes courbes dessinées d'une femme qui n'était pas sienne. Et d'une autre encore, esprit du passé, venu le hanter. D'un désir enfui qu'il cherchait à faire taire au fond de ses pensées, de son âme gouvernée par ce roi des ténèbres. Il y avait la chaleur qui émanait de son corps et le faisait s'agiter de tout son long, mais ce n'était pas sous ce soleil que son cœur voulait se réchauffer. Il brûlait de son amour, de son toucher et de ses maux. Il brûlait d'entendre son souffle, enfuie dans sa nuque, de sentir son arôme divin envahir ses poumons et sombrer dans ses fantasmes de pécheur. Il y avait pourtant devant ses yeux de jolies courbes, une dame qui brûlait de passion pour ce corps meurtri qui était le sien. Et ses lèvres qui vinrent se poser contre les siennes en un baiser ardent, dont les flammes allèrent lécher son cœur. Il y avait pourtant en lui quelque chose d'éteint. Comme si l'incendie qui le consumait était contrôlable, lent, presque mort. Comme s'il y avait quelque chose de destructeur, quelque chose de ravageur, d'intense, qui contenait ce feu. Il y avait un déplaisir dans cette passion, une envie de recracher ses tripes et de s'enfuir vers l'horizon pour cesser d'étouffer. Elle était belle, pourtant. Elle correspondait à tout ce qu'il avait toujours voulu ; autrefois. Avec ses baisers divins, ce regard de braise et cette chaleur si forte qui s'échappait de chaque parcelle de sa peau, il arrivait à résister. Mieux encore, il arrivait à s'y désintéresser. Presque.
Comme un fou las de jouer, comme un loup fatigué de chasser, il cessa cet horrible jeu qu'était l'oubli. Il ne pouvait pas continuer plus longtemps ; les règles lui étaient trop injustes, le jeu lui était trop dur à gagner. Il ne pouvait pas lui résister, pas à elle. Pas à sa peau si douce, à ses caresses si innocents, à son regard si frêle et son arôme teintée de maladresse. « Bon sang. » avait-il lâché en un soupir. Elle avait le regard plongé dans le vide, comme si elle était restée aux secondes qui avaient précédé cette fin précipitée. Tout son opposé. Lui avait les mains crasseuses, le visage empli de crasses, de pourritures. Il y avait le dégout qui imprégnait son visage triste et cette odeur de femme qu'il méprisait ardemment. Il ne voulait pas d'elle, il n'en voulait plus. Il n'en avait jamais voulu, ne souhaitant que relâcher l'infâme pression qui écrasait son torse. Il avait perdu, une énième fois, à ce combat. Il lui avait jeté des regards méprisants à tant de reprises, mais il lui était presque reconnaissant de ne pas être à la hauteur de ses attentes. Aucune n'était à la hauteur de ses attentes. À chaque fois, il s'en allait. Le corps vide, le cœur amer, l'esprit agité. À chaque fois, il s'imaginait dans ses bras, avec ses lèvres contre les siennes. Elles devaient être si douces, si tendres, si parfaites. Il les avait oublié. Il avait tout oublié d'elle. Il voulait s'y perdre, une dernière fois. Y goûter pour y sombrer. Y goûter, y céder.
Il y avait le bruit de ses pas qui frôlaient le sol, lentement, comme pour ne pas le réveiller, lorsqu'elle venait le rejoindre. Elle, fantôme du passé. Des années auparavant, tandis que leurs corps s'entremêlaient en une danse effrénée.  Sombre vision qui venait le hanter. Il y avait son parfum d'errance, à la fois innocent et provocateur, comme si elle cherchait à le convaincre de l'enlacer, encore et encore. Il explosait à chacun des instants. Il exposait lorsque son regard croisait le sien. Il explosait lorsque son parfum flottait dans les airs. Lorsqu'elle disparaissait subitement. Tout en lui explosait. Il la désirait d'un désir ardent, charnel, maladif. Il la désirait d'une passion qui le brûlait, qui le consumait comme un incendie. Comme les flammes qui sillonnaient son cœur de pécheur. Il la désirait purement. En hommage à un passé qu'il essayait d'oublier, parfois.
Et souvent, il revoyait son corps à elle. L'autre femme. Souvent, il revoyait son corps sombrer dans les méandres de l'océan. Les méandres, qui l'encerclait et elle qui s'évanouissait. Il se revoyait, immobile. Catastrophé, comme incapable de bouger. Il se revoyait, impuissant face à la perte de l'être aimé. Il se revoyait, lui tourner le dos. L'oublier. La rendre passé. Et ce n'était ni les horreurs d'aujourd'hui, ni les erreurs de demain qui lui feraient oublier. Qui feraient subitement cesser les remords. Le mieux, c'était de l'enterrer. Comme les corps qu'il côtoyait. De se tourner vers les autres. Vers l'autre. Elle, la bien-aimée. Un air de puissance teinté sur le visage, un regard océan en guise de réponse.
Le mieux, c'était d'avancer. C'était ce qu'il se disait, en guise de réconfort.


Spoiler:
 


Dernière édition par Ivan Travieso le Sam 16 Jan - 10:35, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

It is madness for sheep to talk peace with a wolf. ∆
CARTOUCHES : 841



Bang bang.
TON JOB: gérante d'un casino et, accessoirement, blanchisseuse d'argent très sale.
TON AGE: vingt-neuf ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:16

Alors.
De une, tu as une écriture qui, littéralement, me fascine. On dirait de la poésie. C'est sublimissime. Si tu me fais l'honneur de m'offrir ton premier rp, tu feras de moi une dame heureuse. :dead: Je suis éblouie, impressionnée, je meurs d'envie d'en lire davantage, tu me fais frissonner, pour reprendre tes propres termes. :keur: Je suis même heureuse de n'avoir pas pu lire ton exemple de rp avant, la surprise n'en est que plus grande *-*.
Ensuite, ce choix d'avatar, ce que ce personnage promet d'être, c'est du grand art. Voilà, j'aime tout ce que tu as fais, et promets moi de m'offrir un lien aussi grandiose que ce que tu vas nous pondre là.
Je suis amoureuse. :pliz:

_________________

there will be blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:30

JE DIS OUI, OUI, OUI. MON DIEU. mais leche mouais :uhuh:
Quel avatar, quelle plume. :bed: :dead:


Et fossoyeur, c'est cool, on va pouvoir travailler ensemble. J'te prépare le cadavre et tu l'enterres. :hinhin:
T'es trop sexsyy. :uhuh:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:41

Merci pour ces compliments, vous êtes trop gentilles. :hinhin: Je t'offrirai mon premier rp avec grand plaisir, Ava, parce que t'es trop badass, toi aussi. leche Et Valery, toi, avec ta gueule d'ange trop rare sur les forums, tu me combles. :dead:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

All things truly wicked start from innocence. ☾
CARTOUCHES : 729



Bang bang.
TON JOB: gérante de sex shop & nettoyeuse
TON AGE: trente-deux ans
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:45

Bon, je crains que je ne vais rien dire de bien neuf par rapport à mes camarades du dessus. :lol: Mais boudiou, ce choix d'avatar (FURY, qu'est-ce que j'adore ce film :dead: ), ce personnage, et cette plume... que du bon, que du bon... :cute:

_________________
Beneath the stains of time, the feelings disappear.
Beneath the stains of time the feelings disappear. You are someone else I am still right here. What have I become, my sweetest friend. Everyone I know goes away in the end. - ©️ hurt

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 21:48

J'ai que la gueule de l'ange. Du reste, j'suis plutôt glauque aussi. faut pas s'y fier. leche
tu déchiiiires :uhuh:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:03

Josefina, ce pseudo, cet avatar et ta plume. Je suis dingue de ta fiche. :pliz: :dead:

Avec toi, les ténèbres n'auront jamais été aussi plaisants à regarder. leche langue
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:19

Jo, toi et moi, Ivan. On va faire une team de la mort qui tue. leche

#jeudemotàlacon. moustachio


Dernière édition par Valery Quinn le Mer 13 Jan - 23:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:22

Citation :
Cavalier solitaire, enfui entre les cuisses de conquêtes éphémères.

... ben j'adore hein ! :lol:
J'vais répéter ce qui s'est dis, mais ta plume est un régal ! C'est tellement fluide, plein d'originalité et sans mauvaise note !
J'ai hâte de lire la suite, vraiment !

Promets moi d'être là pour creuser ma tombe beau gosse ! :brill:

ééééh on est conscrit !

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

All things truly wicked start from innocence. ☾
CARTOUCHES : 729



Bang bang.
TON JOB: gérante de sex shop & nettoyeuse
TON AGE: trente-deux ans
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:25

Valou, c'est un ange, mais l'ange de la mort. :weird:

Han, ça me fait juste trop plaisir venant de toi tout ces compliments. ohyeah Mercimillesfois et j'exiges tu me réserves un lien ou rp, ou même les deux ? sourcils

Valery Quinn a écrit:
Jo, toi et moi, Ivan. On va faire une team de la mort qui tue. leche

Ohyeah. seksyface

_________________
Beneath the stains of time, the feelings disappear.
Beneath the stains of time the feelings disappear. You are someone else I am still right here. What have I become, my sweetest friend. Everyone I know goes away in the end. - ©️ hurt

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:27

J'le sens, Quinn. leche
Et Jo, je te réserve les deux. :hinhin: Dès que j'en saurai un peu plus sur mon personnage et son histoire, je te mpornerai. :pinpin:

Han, merci, Grim. :dead: Tu me colles la pression pour la suite, mais je te promets de t'envoyer aux anges. moustachio  koeur
Revenir en haut Aller en bas
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:34

Citation :
je te mpornerai

Alors CA !!!! :lol: :lol: :lol: :lol: je sais pas si c'était voulu mais c'est une sacrée perle ! :string:

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:37

tu connaissais pas les mpornes, grim ? :lol:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Mer 13 Jan - 22:55

J'ai jamais eu cette chance :snif: :snif:

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Jeu 14 Jan - 11:14

Je te ferai découvrir. :hinhin:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   Sam 16 Jan - 11:22

mon dieu, mais c'est quoi cette plume. mais

j'ai rien à dire, j'aime trop. :dead: :sex:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: wicked game. (IVAN)   

Revenir en haut Aller en bas
 

wicked game. (IVAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 06. Orange Mécanique. :: Usual suspect. :: Présentations abandonnées.-