AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Jeu 7 Jan - 21:02

† valery, quinn.
Tu oublieras. Les choses sont plus douces quand on les a perdues.
ton âge : quarante-et-un ans déjà. Ça m'fait pas peur. Dans le fond, je suis pas vieux, j'ai dix ans, je sais qu'c'est pas vrai mais j'ai dix ans.
ton surnom : On m’appelle généralement Quinn. Valery c’est pour les intimes, autrement dit pas toi. Faut pas essayer Val’, ça passe mal. Et les plaisanteries sur la féminité de mon prénom, je ne vous répondrais que ceci : mes parents voulaient une fille, ils ont été fort déçus.
ton job : je suis le croque-mort, également thanatopracteur, qui rhabille et maquille vos morts pour l'enterrement. Je crois qu'on appelle ça miser sur le bon cheval, par ici. J'accepte également les chèques, la carte bleue et le paiement en nature si ta tête me revient. Et les secrets. Je suis une mine d'informations, quand les gens ne savent pas payer, ils me payent en secret. Sur la mafia, les réseaux de trafiquants, ... Je connais presque tout ce qu'il y a à savoir en ville. Après, tu peux toujours me demander une information, c'est à moi seul de décider si je te réponds ou non.
feat : voyons, RDJ qui d'autre ?
statut :  un connard célibataire qui prend toutes les femmes pour des putes. C'est un bon résumé.

the player.
ton pseudo : Eulalie  :keur:
ton âge : 22 ans, je sais pas, ça me fait toujours bizarre de l'écrire.
inventé, pv, scenario ? : c'est le scénario de Grim Cole
ton avis sur le forum ? : il pue.  :caca:

tes tics, tes manies, tes envies : Valery Quinn. A croire que ses parents ne l'aimaient pas vraiment. En réalité, ils désiraient une fille, d'où Valery. On se moquait de lui, petit. Ca ne l'aura pas empêché de se forger un caractère de chien. Aujourd'hui, ils sont peu nombreux ceux qui se moquent de son pseudonyme.   Croque-mort. Un moyen légal pour alimenter une fascination malsaine. La mort le fascine, le passionne. Une façon comme une autre de gagner sa vie, et il la gagne plutôt bien, d’autant qu’il est assez ouvert aux pots-de-vin. Il aime son métier. Il est allé jusqu'à se faire thanatopracteur, pour pousser plus loin sa lubie. Il n’y a peut-être d’autres croque-morts plus heureux de ce qu’il fait. Un Mr. Formol (croque-mort de Lucky Luke), en plus sexy. Musique. Il travaille non pas dans une cave, mais au rez-de-chaussée d’un immeuble, avec des baies vitrées à l’arrière pour la lumière, et des enceintes puissantes pour pouvoir travailler en musique. Toujours en musique, il n'y a aucune raison pour faire ce job dans un silence de mort.   Secrets. Il y a différentes façons d'acheter ses services. L'argent n'est pas toujours sa seule motivation. Il échange encore bien souvent son savoir-faire contre des petits secrets, à lui de juger s'ils sont assez précieux valoir la disparition d'un cadavre. Attention de ne pas lui mentir, il vous retrouvera toujours. Et toi, quel est ton secret ? Amitié. Si Quinn est si sûr  de lui, s'il est de notoriété publique qu'il sait beaucoup de choses sur les gens du maire et s'il peut refuser de répondre à vos questions. C'est uniquement parce qu'il a de bons amis, sur lesquels il est interdit de le questionner. La loyauté de Quinn ne va qu'à une poignée de personnes, si pas à une seule. Contact. Non pas que fréquenter les morts le dérange, mais fréquenter le monde des vivants est un besoin vital. Il se nourrit du monde, des regards et de l'attention d'autrui. Il en a besoin. Ce qui révèle un petit côté narcissique et pète-cul dont il se pare sans remord. Manuel. Doué de ses mains, Quinn fabrique lui-même certains de ses cercueils, pour ceux qui sont capables de s'offrir son talent, évidemment. Le travail du bois lui semble reposant, comme un passe-temps qui lui détend les nerfs, même si Quinn est loin d'être un colérique. Malsain. La façon dont Quinn envisage la mort - celle des autres - est quelque peu malsaine. Sa fascination pour les cadavres dérange. Plus la mort est violente, plus il semble fasciné par son sujet. Avant de commencer son travail, il prend son temps pour observer, pour prendre des notes... et dessiner le cadavre. Quinn est un artiste dans son genre, capable de remettre en contexte la mort de son client à sa sauce avec un trait de crayon fin et fluide. Il ne s'est jamais laissé à tuer lui-même, il n'en a pas encore eu besoin - complice par contre, il l'est - mais dites-vous bien en le croisant que vous avez devant vous un homme qui se demande continuellement quelle mort vous irait le mieux. Peur. Le peur, Quinn la connait. Il a pu la voir, la sentir, l'éprouver même. Il n'est pas un homme à avoir honte de ses peurs.  Au contraire, il se sert d'elle pour pousser plus loin encore, ses limites. Avoir peur lui permet également de se conscientiser sur ses choix, de réfléchir avant d'agir. La peur ne le paralyse pas, elle le réveille.  

dans tes souvenirs, raconte-nous la première fois où tu as été confronté au « mal ». quelles étaient alors tes options et quel a été ton choix ? ✚ Le mal est un peu délicat à définir. Mais ma fascination morbide est née bien trop. C'est peut-être ça, le mal. La perversion de l'innocence. Quand ton père - lui-même croque-mort - t'emmène au boulot, quand t'as six ans, quand tu pensais encore que Bubulle s'était échappé dans le ruisseau au fond du jardin. Quand ton père te confronte à la mort sans détour. Une éponge à la main, tu l'aides à nettoyer le corps, pendant qu'il recoud le cou gracile d'une jeune femme égorgée hier dans une ruelle. Ce qu'elle était belle. Le mal, c'est peut-être ça ; le meurtre de l'innocence. tes choix de vie t'ont-ils déjà apporté des ennuis ? ✚ J'ai choisi mon métier pour qu'on ne me juge pas sur mes passions morbides, jusqu'au jour où j'ai arrêté de se soucier de ce qu'on pense de moi. Des situations tendues, j'en ai vécues, je m'en suis toujours sorti d'une façon ou d'une autre. Le choix qui a eu le plus gros impact sur ma vie, c'est sans doute le jour où j'ai fait le choix d'offrir mon amitié à Grim Cole. Depuis, je suis dans la merde. quelle importance accordes-tu à l'humanité dans son ensemble ? comment te comportes-tu socialement ?  ✚ je suis un homme du monde, malgré le nombre d'heures que je passe dans mon funérarium. J'ai besoin du regard des gens pour me sentir exister, de leur attention. Je suis un bon vivant, je sais recevoir et j'aime être reçu, je m'incruste aussi, bien souvent, quand le monde des vivants me manque.  serais-tu plutôt la « tête » ou la « main » ? ✚ Je suis la « tête », incontestablement. Celui qui réfléchi avant d'agir, qui analyse la situation avant de céder à l'impulsion du moment. Faut frapper où ça fait mal, sinon on manque la cible. Je suis celui qui ajuste son tir, prend le temps de viser et qui économise des balles. Je ne manque jamais ma cible. Je suis la « tête », mais je ne dis pas très souvent non à un peu de violence gratuite. quelles sont tes pires craintes et tes plus grandes angoisses ? ✚ J'ai peur de finir emmuré vivant, ou enterré vivant. J'ai peur qu'un jour, les corbeaux qui dévorent mes cadavres viennent un jour s'attaquer à ma pauvre carcasse. J'ai peur de mourir bêtement, avant d'avoir pu soigner la mise en scène. J'ai le vertige aussi, ça je l'ai avoué à Grim. J'aurai pas dû. dans ces adjectifs, le(s)quel(s) te définis(sent) le plus ? (indique les en gras)  improvisation, impétuosité, rêverie, instabilité, adaptivité, sens pratique, intuitivité, négligence, gaspillage, passivité, habitude, introversion.


Dernière édition par Valery Quinn le Sam 9 Jan - 16:46, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Jeu 7 Jan - 21:05


be quick... or be dead.
Roxanne, you don't have to put on the red light Police. Une éponge à la main, je nettoie ce corps froid et sans vie. La couleur de sa peau, diaphane, possède un éclat unique que je semble être le seul à percevoir. On ne nettoie plus les corps à l’éponge depuis longtemps, je ne le fais moi-même pas à chaque fois. Mais ici, c’était différent. Elle revenait de la morgue dans un sale état, le travail du légiste pour la recoudre était bâclé. J’avais besoin de lui rendre son éclat. Alors je l’ai allongée là, sur la table et j’ai commencé par les lignes graciles de son cou, affreusement marqué par les traces d’un étranglement. J’éponge sa peau, la débarrassant des impuretés. Je descends vers sa poitrine, délicat, imperturbable. Son ventre… me fâche. Travail bâclé. Coutures trop lâches. A recommencer. Plus tard. Je glisse sur ses hanches, et Sting monte en puissance. La musique me fait fermer les yeux un instant, savourant cette voix et les décibels un peu trop puissantes. Je travaille toujours en musique. Le silence est trop impersonnel. Je me déplace, replonge mon éponge dans l’eau claire pour venir éponger ses jambes. Une belle femme. Je remonte sur sa cuisse. Elle ne sera jamais plus belle qu’après être passée entre mes mains.

Et puis ce sont les Rolling Stone qui prennent le relais. I can’t get no… Délicatement, j’enlève les points de son ventre un à un. Je sors mon matériel de couture, place mes lunettes sur mon nez et recommence le travail mal fait. La première fois que j’ai recousu un corps, j’avais treize ans. Ma mère m’avait appris la couture en prévision de ce jour. Je n’ai jamais dit que j’avais des parents normaux. Ma mère n'a jamais travaillé, non. Elle vivait à travers mon père, juste pour mon père. Elle était censée rester à la maison pour s'occuper de ma sœur et moi, mais nous étions secondaires dans sa vie. Mon père nous voulait, pas elle. C'était uniquement pour ça qu'elle nous avait fait. Pour lui plaire. De fait, il fut tout naturel qu'elle m'apprit à coudre quand mon père lui demanda de m'y préparer. Alors je sais coudre, et pas seulement des corps. J’observe les lacérations sur le corps allongé sur la table. Sa mort était si violente, trahissant une passion destructrice de la part de l’assassin. Les déchirures sont irrégulières, les coups imprécis. C’est un amant passionné, un premier meurtre peut-être. Une à une, je referme les plaies. La pauvre petite devait être enceinte pour qu’on s’acharne ainsi au niveau de son bas-ventre. Pauvre petit poussin.

Je pose mes instruments et nettoie à nouveau les plaies. Je pose un regard satisfait sur mon travail. Satisfaction… Tirant sur mes gants en latex, j’enduis mes mains de crème afin de préserver son teint de la putréfaction. Je me contente que du haut du corps, la surface visible, tournant délicatement son visage afin d’appliquer correctement la crème sans faire de traces. Bientôt, elle retrouvera un teint morne, standard. Celui que l’on montre aux proches du défunt afin que ceux-ci puissent lui dire au revoir, et garder une bonne image de lui. L’être humain est si vite affecté par ce qu’il voit. C’est d’ailleurs bien triste de maquiller un si beau visage. Elle devrait rester telle quelle, morte. Et non pas dans une superficielle apparence de sommeil profond. Mais on ne me paye pas pour laisser mes fantasmes se révéler à travers mon travail. Une fois qu’elle sera décemment habillée, habilement coiffée et maquillée, elle n’aura plus aucune sorte d’intérêt.

Can't stop addicted to the shindig. Je souris aux Red Hot Chili Peppers. Tous ces titres un peu trop connus, un peu trop revus, font quand même partie de mon répertoire. Il y a toujours un souvenir sur une chanson, souvenir possible que sur des morceaux bien connus, souvent entendus. Elle est sortie il y a treize ans déjà cette chanson. J’avais vingt-huit ans. Ma mère est morte. J'ai dû accompagner ma sœur à son enterrement, je ne voulais pas m'occuper d'elle. J'avais arrêté de lui parler depuis quinze ans déjà à l'époque, il était hors de question que je la mette moi-même en terre. Mais Adaline insistait, on ne dit pas non à Adaline. Je suis allé à l'enterrement de ma mère, des écouteurs dans les oreilles avec les Red Hot Chili Peppers. Ma mère était une connasse incapable d'aimer ses propres enfants, je ne me suis retenu de siffloter pendant la messe que parce que ma sœur me broyait la main. C'est cette femme, ma mère, qui m'a transmis tout ce mépris pour le sexe faible. C'est cette autre femme, ma chère soeur, qui m'a appris à ne pas mettre toutes les femmes dans le même panier. S'il y en a une qui me peut me hurler dessus en me crachant mes quatre vérités sans s'en prendre une, c'est elle. Adaline. La prunelle de mes yeux. Les autres femmes... sont trop dans l'émotivité, leur façon de se victimiser m'insupportent, même quand elles réussissent elles se victimisent. Les femmes de pouvoir m’insupportent. Elles n'obtiennent que mon mépris. Elles ne doivent leur statut qu’à leurs courbes et aux esprits faibles de certains hommes. J'aime les femmes, attention. J'apprécie leur féminité. Mais souvent, dès qu'elles ouvrent un peu trop la bouche, c'est terminé. Finalement, je les préfère silencieuses. Ou gémissantes. Gémissantes c'est bien aussi.

Je me pose un instant, assis sur mon tabouret à contempler ce visage repeint, le teint un peu jaunâtre typique des cadavres à qui on tente de redonner figure humaine. Elle était bien plus belle sans tout cet artifice. Je me lève et m’éloigne alors, ouvrant une porte fenêtre donnant sur un jardin fermé de hautes haies empêchant quiconque d’apercevoir l’intérieur de mon cabinet. J’aime les grands espaces et la lumière de dehors, voilà pourquoi je ne travaille pas dans une cave uniquement éclairée de néons. Je prends mon paquet de clopes et en grille une. Ce soir, la demoiselle sera prête pour les visites, dans deux jours, l’enterrement aura lieu – Dieu merci, je me permets de ne pas y assister – et demain, un autre cadavre arrivera chez moi. Dans une ville comme celle-ci, les morts affluent presque autant que les vivants. Ouais, c’est ce qui s’appelle, se faire des couilles en or, dans le métier.



Dernière édition par Valery Quinn le Sam 9 Jan - 23:33, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Ven 8 Jan - 12:30

t'es beau :brill: :bed:

Citation :
J'accepte également les chèques, la carte bleue et le paiement en nature si ta tête me revient

Ma tête te revient assez ?! :weird:

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Ven 8 Jan - 14:02

t'as pas besoin de me donner un cadavre à faire disparaître pour que ta tête me revienne. :bed:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

It is madness for sheep to talk peace with a wolf. ∆
CARTOUCHES : 841



Bang bang.
TON JOB: gérante d'un casino et, accessoirement, blanchisseuse d'argent très sale.
TON AGE: vingt-neuf ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Ven 8 Jan - 14:43

Citation :
Je crois qu'on appelle ça miser sur le bon cheval, par ici.
:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: Oh putain tu m'as tuée, j'crois qu'en vrai, t'as le bon filon c'coup-ci, ce personnage promet carrément des merveilles. :dead:

_________________

there will be blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Ven 8 Jan - 15:13

Ouais, j'ai trouvé ce qui faisait de Quinn un excentrique

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Dim 10 Jan - 13:19

Well ! Je l'ai déjà dis, mais je vais me répéter ! J'adore ce que tu as fais de ce scénario ! En même temps, le contraire m'aurait étonné :brill: Mais une fois de plus, tu me surprends... Tu prends un personnage et tu fais ta sauce, personne ne pouvait espérer mieux ! Je ne pouvais espérer mieux :bave: Bon bien sûr, je vois du Lawi à plusieurs reprises, mais c'est pas pour me déplaire ! Quoiqu'il en soit, tu m'as encore vendu du rêve, une fois encore tu t'appropries le personnage d'une façon merveilleuse et très franchement j'ai hâte de lire le beau Quinn en rp, j'ai hâte d'en prendre plein la gueule et j'ai hâte que ce cher Valery remette mon Cole à sa place... You rock, girl ! :string: :urock:

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Dim 10 Jan - 13:39

Je suis contente qu'il te plaise, il est pour toi après tout :cute: :bed:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Dim 10 Jan - 15:20

Reste à voir en rp si cole et quinn se supportent un tant soit peu :lol:

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 345



Bang bang.
TON JOB: croque-mort au petit déjeuner.
TON AGE: dix ans. (okay, quarante-et-un)
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   Dim 10 Jan - 15:38

'sont obligés de se supporter. ils ont pas le choix. sinon, on les crame. :devil:

_________________

    On cherche à le saisir mais il s'échappe sans cesse, on croit le dominer et c'est lui qui nous tient. Alors, peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n'est-elle pas la seule issue ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.   

Revenir en haut Aller en bas
 

QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» QUINN ✚ dans la nuit noire de l'âme, il est toujours 3h du matin.
» [Défi 1]une boîte de base + scénario Passage dans la forêt noire
» [passages dans la forêt noire] Question carte quête n°3
» Lumières orange pendant la nuit !
» Il se réveille la nuit, sale petit joueur ! ;-)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 02. The Assassination of Jesse James. :: Les sentiers de la perdition. :: Les affranchis.-