AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)   Mar 27 Oct - 21:50

on m'en veut pas, c'est tout 'peuh', je déteste définitivement commencer  :caca: soit indulgente ma gueuse, ça doit être mon premier rp depuis... cbl  :kill: .

† Avalon & Grim.
Ainsi se développe l'intimité. D'abord on donne de soi la meilleure image, le produit éclatant et achevé, retouché à coup de bluff, de fausseté et d'humour. Ensuite, un surcroît de détails est requis, et l'on peint un second portrait, et un troisième. Bientôt les plus belles lignes s'effacent, et un secret se trouve enfin dévoilé.



Luck is always the last refuge
of laziness and incompetence
Nuit sans lune.
Grim ne poussa pas les portes du casino. Comme à chaque fois, le larbin du coin s'en préoccupa. D'une main légère et habituée, celui-ci permis à Cole de pénétrer les lieux, ajoutant un simple « Bonsoir, monsieur Cole. » auquel ce dernier ne pris même pas la peine de répondre. Sans un regard au portier, l'homme salua d'un unique mouvement de tête les deux gorilles présents dans l'immense hall d'entrée. Geste auquel ils accordèrent un discret sourire. Ne pas montrer de faiblesses. Jamais. Pas même au meilleur client du Rosebud... Alors accompagné de son éternel rictus – alliant savamment discrétion et mépris, Grim s'éloigna, s'enfonçant plus encore dans cette antre dont il connaissait le moindre recoin... ou presque. Cette journée qui s'achevait avait été passablement médiocre. Une fois de plus, sa délicieuse intendante avait tout bonnement craché sur ses avances et cet homme débile qui lui servait d'ami, l'avait une fois de plus empêché de jeter son dévolu sur une de ses filles. Qu'il aurait aimé pourtant coincer cette jolie rouquine dans sa chambre ! Qu'il aurait aimé violenter son entre-jambe dans l'unique but de calmer une impatience cruelle ! Qu'il aurait aimé apaiser ses ardeurs en écoutant des cris qu'elle n'aurait osé exprimer ! Mais non ! Tout cela lui avait été interdit par l'unique être capable de lui imposer une once de bon sens, capable de le dissuader de commettre toutes ces petites erreurs qui émietteraient peu à peu son empire. Le pouvoir de la raison sur un homme gangrené par le vice ; celui de l'adresse sur un esprit sadique... Cole : âme défectueuse et chétive, cœur difforme égaré dans une brume de sarcasmes, monstre de perversité dissimulé sous les traits d'un prince charismatique...

En terrain connu. (parce que j'sais faire des supers jeux de mots, t'as vu ?!)
L'homme savait exactement où il allait. A plusieurs reprises, on le salua avec discrétion, jusqu'à ce qu'un grand blond exige son attention par de grands gestes du bras. Cole lui accorda un regard et leva la main sans pour autant interrompre sa course. Plus tard les affaires... Pour l'heure, il ne souhaitait que s'offrir à son plus grand péché : le jeu. La table de poker se trouvait un peu plus loin, loin de ces machines à sous stupides qu'il exécrait, loin de cette populace pathétique venue gaspiller un salaire trop durement gagné, loin du simple hasard, de cette « chance » pitoyable. Grim n'avait que faire de cette partie du casino. Il ne s'y était jamais attardé. Pour lui, le véritable jeu ne concerne pas seulement la patience, mais aussi l'échange, le suspense, le bluff et surtout l'intelligence. Le véritable jeu ne se limite pas à introduire une pièce et à actionner un levier, mais doit allier sang-froid et endurance. Le véritable jeu n'exige pas seulement la richesse, mais aussi le temps... Le temps de connaître ses adversaires, de deviner leurs atouts et leurs faiblesses, de savoir jusqu'où on peut aller sans risquer de tout perdre... Parce qu'il ne suffit pas d'avoir une bonne main, parce qu'il ne suffit pas de poser la bonne mise au bon moment, parce qu'il ne suffit pas d'avoir de la chance... Le véritable jeu est tout, mais jamais question de hasard ! Et le poker, bien plus que tout autre, permet un véritable jeu. Ainsi, la marche assurée, Cole quitta cette première salle détestée et se présenta à la porte d'une seconde devant laquelle deux agents de sécurité l'attendaient. Grim ne pu alors empêcher un petit soupir d'exaspération. « Sérieux, les gars ?! Vous faites chier... » A contre cœur, l'homme laissa les deux videurs le passer au détecteur de métaux, puis obtint la permission d'entrer pour rejoindre une partie qui ne tarderait plus à commencer.

Ne rejoint pas cette table qui veut.
Ses jetons en poche, Cole trouva rapidement sa place. Silencieux, il salua le croupier et s'installa sur une chaise juste à sa droite. A cet instant, son rictus malveillant se teinta d'un certain contentement. Un bien-être aussi évident qu'éphémère, qui ne passa pas inaperçu chez les convives déjà présents autour de la table. Ici, tous se connaissaient, tous possédaient une petite habitude très personnelle... Un cocktail bien particulier, une manière de s'annoncer ou même de quitter la partie, une façon de dissimuler ses cartes ou de ranger ses jetons... Ici, rien n'était laissé au hasard. Bientôt, Grim retrouva tout son sérieux – sérieux accompagné d'un demi-sourire mesquin qui, pendant un instant, pris le temps de se figer. Les mois s'étaient envolés depuis leur toute première rencontre, mais jamais il ne s'en était lassé. Elle demeurait un être désiré, exigé. Elle possédait grâce et légèreté, mais ces qualités ne possédaient pas la moindre importance... Ah, quel délice ! Quelle merveilleuse entrée ! Oubliant momentanément la table de jeu, Cole s'attarda très longuement sur celle qui venait d'intégrer la pièce... sur celle qu'il réussissait à aimer autant qu'il avouait détester. Ou était-ce l'inverse ?

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

It is madness for sheep to talk peace with a wolf. ∆
CARTOUCHES : 841



Bang bang.
TON JOB: gérante d'un casino et, accessoirement, blanchisseuse d'argent très sale.
TON AGE: vingt-neuf ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)   Jeu 29 Oct - 11:44

† Grim & Avalon
Une quête commence toujours par la chance du débutant. Et s'achève toujours par l'épreuve du conquérant.

Les volutes de fumée dansent autour de son visage. Dans un même mouvement, sa bouche s'agite dans un laïus interminable. Avalon a les yeux qui pétillent et les mains frénétiques. Sous tension comme excitée par ce qui se joue dans cette petite salle sombre - qui achève le long corridor zigzaguant dans les méandres du casino -, elle laisse ses yeux vagabonder alors que son cerveau fonctionne, immobile, sans discontinuer. Elle ne peut laisser passer cette affaire. Lorsqu'un des plus grands malfaiteurs du coin vient quémander vos services, il faut mimer le désintérêt, cacher la convoitise qui s'épanouit en vous. C'est ce que tâche de faire Avalon. Avec un certain brio. La nature l'a dotée d'un sens inné pour le mensonge dont elle se sert allégrement et avec convoitise. Capable de faire taire les mille voix qui s'agitent dans son ventre, elle garde ce visage inexpressif, ce petit haussement de sourcil, ce léger sourire en coin, cette mâchoire sévère. Ni ces pupilles, ni la parfaite immobilité de ses doigts ne peuvent la trahir. Dès lors, elle acquiert les pleins pouvoirs.
« Je vous en donne 15%, c'est mon dernier mot. » Sa réponse ne se fait pas attendre. « Si c'était là véritablement votre dernier mot, vous ne seriez pas venus ici quémander mon aide. » Avalon ne tarde pas à sentir une contraction dans l'avant-bras masculin qu'elle voit se dessiner à travers sa chemise. S'il présente bien, et maîtrise le bluff à un certain niveau, il n'est certes pas de taille à s'opposer à elle. Depuis l'empire qu'elle a bâti, Avalon a fait bien du chemin. Chemin sinueux, boueux autant que mortifère, mais chemin initiatique de première importance. Elle en avait fréquenté de plus gros, et de plus voraces. Sciemment, elle laisse passer un court instant avant de poursuivre sa tirade, avant de s'imposer enfin comme dominante. Moment privilégié durant lequel la future victime peut aisément se laisser aller aux méandres de son esprit agité, oubliant ainsi de surveiller le langage que trahit son corps. Son  œil de rapace ne tarde pas à percevoir une mâchoire crispée, une main agitée. Elle sait qu'elle a tout à gagner. « Je vous propose maintenant 30%, et ce sera bel et bien ma dernière offre. Maintenant, libre à vous de chercher ailleurs pour blanchir votre argent sali par le sang et l'immoralité. Mais n'oubliez pas que ma réputation n'est plus à faire, et que vous ne trouverez nul part ailleurs de si loyal service. » Il tente encore. Dernier soubresaut d'un insecte pris dans la toile d'une araignée prédatrice. « 25 % ? » « 30. » Sa langue est acérée ; sa réponse, immédiate. Toute flamme éteinte dans le regard de l'homme qui lui fait face, elle sait maintenant avec certitude que sa victoire est proche. Nouveau nom à rajouter à la longue liste de ces clients, nouvelle source de revenus. Ce n'est pourtant pas la perspective florissante de la monnaie trébuchante qui grise la jeune femme. Non. Bien loin des préoccupations avares et superflues du commun des mortels, Avalon recherche des biens plus précieux et plus riches : les sensations, les émotions, les distractions. Tester le hasard et la peur, la mort et l'angoisse, s'en sortir brillamment face à l'adversité et rencontrer l'inconscience. Sans oublier, toujours, ce sens des affaires qui éprouve perpétuellement son intelligence et sa ruse. Un jour, peut-être, trouvera-t-elle animal plus féroce. Un jour, peut-être, rencontrera-t-elle un ennemi à sa mesure.
L'homme lui tend la main, et signe ainsi un contrat de longue date, le début d'une affaire florissante et de futurs problèmes savamment écartés. S'il paye cher ce service, il sait qu'il lui sera bien utile. Dernière poignée de main, aux revoir froids et pleins d'une rancune tenace, l'homme s'éloigne, incapable de cacher - à nouveau - la déception qu'il éprouve. A ce jeu, il a perdu. Et de loin. Mais dans ce casino, ce ne peut être qu'une louve la gagnante.

Avalon déambule au milieu du vacarme des machines à sous. Habituée aux cris et aux pleurs, elle semble ne plus les entendre. Autour d'elle, il n'y a que son territoire, un vaste empire d'argent et de chance, de hasard et de luxure. Si elle n'a jamais joué avant d'acquérir ce casino, elle est désormais une compétitrice récurrente. Les tables de poker ont quasiment chaque jour l'honneur de sa présence, particulièrement après les affaires. Rite quotidien. Habitude rompue au combat. En revanche, elle ne touche jamais les machines à sous, et ne les regarde même pas. Démarche féline et attention fixe, Avalon entraperçoit déjà Jeff et Leo qui lui ouvrent délicatement la porte. Elle pénètre alors dans un univers nouveau, presque fantastique, un monde tout entier tourné autour d'une table rouge et noire, monde de richesse et de silence -inquiétant après le vacarme des machines à sous-, monde de ruses et d’œillades suspectes. Ici ne réside nulle confiance entre les hommes d'affaires qui s'installent et commandent leur cocktail hors de prix. Seule la perspective de gagner de l'argent leur permet de communiquer et de cohabiter. Avalon n'est pas de cette race là.
Après avoir marqué une pause de quelques secondes, elle se met en mouvement, contourne la grande table, caresse le velours vert et plonge ses prunelles curieuses sur les visages de chaque participant. Connaître son ennemi, deviner ses points faibles, tromper sa surveillance. Grim Cole. En ce qui concerne le mensonge, il est de ceux qui n'ont que peu d'égal. Aucun tic sur son visage pour le trahir, son corps ne tremble pas et ses yeux restent fixes. Ils se contentent discrètement de se moquer de vous. Œil rieur. Excellent joueur, il est de ces adversaires qu'Avalon craint sans oser le dire. Il est de ceux qui font flamber le casino, de ceux qui misent gros et qui effraient. Face à elle, Avalon est rassurée de sentir enfin un adversaire à sa hauteur. Se dessine un maigre sourire sur son visage alors qu'elle s'installe à la dernière place libre : à la gauche de Grim. Que la partie commence.
Le croupier distribue les cartes avec une agilité sans pareil. Mais Avalon ne les retourne pas. Pas encore. « Je ne t'ai pas vu hier. » en guise de salutations.
Le casino n'est pas qu'un monde de silence et de richesse. Il est aussi un lieu de nudité et de plaisir. Quelque part, loin de l'affluence quotidienne, loin de l'innocence addictive de la jeunesse dorée américaine, loin des pauvres petits pères de famille rêvant d'une vie meilleure, existe un univers de luxure et de jouissance. Orgies démentielles, sexualité débridée, fantasmes lubriques empoisonnent la grande pièce noire aux canapés sombres. Loin de cette salle l'innocence et la douceur. Une fois la porte refermée, il ne vous reste plus qu'à vous confronter à la bestialité des pulsions. Grim en est un habitué. Tout comme Avalon. Son masque n'a pas suffit à cacher son identité, pas à un associé comme l'est Grim. Presque un ami. En tous les cas un être intéressant, fascinant, être de pouvoir qu'elle se plait à contempler. Et à l'orgie de la veille, elle ne l'a pas vu. Pas davantage qu'à celle de l'avant-veille. Trois jours qu'il rate sa dose de passions et de pulsions, suffisamment pour qu'Avalon s'inquiète.
Elle retourne enfin ses cartes, avant de doubler la mise de départ.

_________________

there will be blood.


Dernière édition par avalon-jacy wolf le Lun 25 Jan - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)   Ven 30 Oct - 23:51

† Avalon & Grim.
Ainsi se développe l'intimité. D'abord on donne de soi la meilleure image, le produit éclatant et achevé, retouché à coup de bluff, de fausseté et d'humour. Ensuite, un surcroît de détails est requis, et l'on peint un second portrait, et un troisième. Bientôt les plus belles lignes s'effacent, et un secret se trouve enfin dévoilé.



Luck is always the last refuge
of laziness and incompetence
Il  existait dans ce casino une splendeur inconcevable. Chaque salle – et elles étaient multiples, observait une architecture qui lui était propre, chaque décor différait de l'autre, chaque détail était pensé et adapté à l'atmosphère espérée. Ici, absolument rien n'était laissé au hasard. Ici, on était à la fois partout et nul part. Ici, on pouvait à la fois s'évader ou se laisser boucler entre quatre murs peints de vices et de luxure. Deux termes en accord parfait. Deux mots que l'on associait sans effort au magnifique, au grandiose Rosebud. Et cette pièce que le charismatique Cole venait d'intégrer était à part. Du moins la considérait-il comme une antre captivante, un étau de bien-être où paraisse et intellect vont de paire, une cellule alliant simplicité et subtilité. La table de jeu trônait en son centre et l'on pouvait s'y asseoir sans jamais craindre le moindre contact. Des garnitures faites d'or ornaient savamment les murs et la végétation – très exotiques, occupait une place de choix. Cette ambiance frivole, cette aura éclatante, Grim la vénérait. En ces lieux, il se sentait à sa place... Une place qu'il savait mériter et que nul ne pouvait lui enlever. Pas mêmes les deux zouaves à la porte d'entrée, pas même les mains plus que médiocres qu'il découvrait souvent sous sa main pleine d'assurance, pas même la maîtresse des lieux...
Celle-ci les avait rejoint, avec toute la présence, toute la grâce qu'on lui connaissait. Au moment de sa venue, tous les joueurs présents – Cole compris, avaient interrompus leurs bavardages et avaient accordé à Avalon l'attention que son arrivée exigeait. « Exigence », tel était le terme qui lui collait à la peau. Cette peau pâle et si parfaite que Grim avait déjà eut l'opportunité d'effleurer, de toucher, de caresser. Il n'existait rien au Rosebud – pas  une salle, pas un tableau, pas un mystère, ni même un diamant, à la hauteur de cette nymphe aussi élancée que délicate. Aucun ornement, aucune parure ne permettait la même obligeance, la même précaution. Tant de sollicitude dont Ava n'avait que faire. Elle était ici seul maître à bord. Et était ici à la fois reine et esclave. Le Rosebud était un piédestal auquel elle s'était enchaîné.
Sans exception – Cole mis à part, on la salua. Un signe de tête, de main, un « bonsoir » poli souvent murmuré, un simple sourire... Elle n'était pas femme à contrarier. Tous dans cette salle, savaient la chance qu'elle leur accordait et jusqu'à l'instant où le croupier brasserait les cartes, ils n'étaient tous que des chiens puants à la merci d'une demoiselle intransigeante. Mais bientôt, tout le monde se trouverait sur le même pied d'égalité... Deux cartes en main et il n'y aurait plus ni loup ni agneaux.

Accompagné de son éternel rictus, Cole délaissa la jolie Wolf de son regard lubrique et ne lui accorda bientôt qu'indifférence. La jeune femme s'installa à sa gauche et il ne prit aucune peine de saluer son entrée. Et quand le croupier distribua les cartes, celles-ci occupèrent toute son attention. Du main légère, il jeta un œil à son jeu, puis l'abandonna au profit d'un de ces jetons. La valeur de celui-ci frôlait l'indécence, mais il le balança sans hésitation au centre de la table... Cette première main ne possédait que deux importances : envisager les limites de ses adversaires et leur rappeler qu'ils n'étaient pas entre amis. Peu importait là de gagner ou de perdre... La nuit serait longue et captivante... Cole était justement en train de s'en assurer. Le temps ne possédait que peu d'importance dès l'instant où la partie débutait. Telle est la loi du poker : l'on sait quand ça commence, mais jamais quand cela termine.
Autour de cette table, Grim et Avalon étaient des joueurs brillants, mais inhabituels. Ils n'étaient pas de ceux que le bluff pousse au silence et tous deux pouvaient se montrer plus bavards qu'une bande de vieilles marâtres à l'heure du thé. Un comportement que beaucoup réprouvaient, sans pour autant oser faire la moindre remarque. Pourtant, les mots incessants de ces deux âmes sombres importunaient souvent au plus haut point, mettant à mal la concentration des meilleurs, brusquant des mises déjà faramineuses et poussant les autres à la faute. Ces discussions étaient un jeu, autant qu'une habitude... Qui pouvait les en blâmer ?! Après tout, ces parties de cartes étaient les seuls instants où les deux êtres pouvaient communiquer à visages découverts.
Cole haussa brièvement un sourcil. La remarque d'Ava avant qu'elle ne double sa mise l'intrigua. « Je t'ai manqué ? » Ô sarcasmes. Il lui accorda une œillade teinte d'un malice bestiale. L'homme avait toute conscience que cette remarque était bien plus de l'ordre de la curiosité que d'un quelconque besoin... Il ne doutait pas que Wolf avait offert ses faveurs à un autre mâle masqué, qu'elle avait pu jouir d'un plaisir malsain et pu exercer sa domination sur une autre âme nullement choisie au hasard. Mais Grim n'avait pas hésiter à saisir cette perche trop... facile. « Je suis sur un gros coup... Mais je sais que le gars va me la faire à l'envers. Faut que je règle ça. » Ces derniers mots brisaient le moindre doute. Grim n'est pas homme de patience. Grim est homme peu compréhensif et souvent pressé.
Un raclement de gorge – preuve d'exaspération. Cole accorda un regard noir au joueur face à lui. Œil assassin, qui réinstalle le fautif à sa place. On n'interromps pas les échanges de Wolf et Cole. Jamais...
Grim savait que ces simples explications suffiraient à Avalon. Les affaires avant tout le reste ; elle était bien placée pour le savoir et le comprendre. Et l'homme était bien assez habile pour transformer ce dernier mensonge en réalité évidente, indiscutable, impénétrable. Enfin, s'accordant un instant de réflexion, il donna un sourire joueur à Ava et confia ses cartes au croupier. Pour l'heure, il s'allongeait sans rougir devant cette déesse. Pour l'heure, il ne donnait nul loisir à ses adversaires de découvrir sa main.

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

It is madness for sheep to talk peace with a wolf. ∆
CARTOUCHES : 841



Bang bang.
TON JOB: gérante d'un casino et, accessoirement, blanchisseuse d'argent très sale.
TON AGE: vingt-neuf ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)   Ven 8 Jan - 15:49

† Grim & Avalon
Une quête commence toujours par la chance du débutant. Et s'achève toujours par l'épreuve du conquérant.
Étrange et imprévisible sont deux adjectifs qui collent à la peau d'Avalon, et deux façons de vivre qu'elle cultive au quotidien. S'étonner de ses actes n'est dès lors plus qu'une perte de temps. C'est pourquoi, à peine installée, se permet-elle de le fixer du regard, de détailler son visage et de ne pas s'en cacher le moins du monde. Elle dessine le contour de son visage, s'étonne de ses traits fins et pourtant si masculins, s'arrête sur sa moustache fouillie et sa barbe naissante. Un nez droit et fin, deux yeux sombres et profonds surmontés de sourcils broussailleux très clairs qui adoucissent ainsi la noirceur de ses pupilles, une bouche fine dissimulée par la moustache qui l'habille, Grim n'est pas un homme à prendre soin de son apparence physique. Il sait parfaitement qu'il n'en a pas besoin. Les rides sur son front lorsqu'il est contrarié, les tatouages qui ornent ses bras, sa nuque, son dos, ses cheveux en broussaille qu'il laisse retomber sur son front et ce sourire énigmatique, discret, et dérangeant sont tant de signes physiques qui permettraient à la jeune femme de le reconnaître parmi d'autres. Pourtant, elle ne sait rien de lui. Rien d'autre que ce qu'il souhaite bien lui montrer, caché sous l'ornement de ses fabulations. Avalon est une observatrice. Elle détecte le mensonge aussi bien que la tristesse ou la joie, à ceci près qu'elle ne s'intéresse qu'au premier.
Elle le quitte enfin du regard lorsque le croupier commence sa distribution. Nulle émotion n'a traversé son visage, pas plus que son cœur, et ne se dégage d'elle que l'assurance tranquille d'une femme à sa place, confortablement installée dans sa vie comme dans son jeu. S'il avait fallu la décrire, les adjectifs auraient été nombreux. White, l'homme à la cravate blanche à gauche d'Avalon aurait sans doute dit "riche". Donny, celui aux yeux fous et aux longs cheveux blonds aurait évoqué sa ruse en des termes négatifs. Peut-être aurait-il lancé un "garce puante prête à vendre sa mère pour un billet de 10". En somme, un certain sens des affaires, et un certain déni pour la vie sociale, tant familiale qu'amicale. Ne parlons pas même de sentiments. Jo', le mafieux en veste de costard criard, aurait dit, quant à lui "magnifique et intelligente". Cela faisait des années qu'il draguait la gérante du casino, dépensait des sommes folles en cadeaux pour n'obtenir qu'un diner en sa compagnie. Finalement, il se contentait de sexe torride dans l'arrière sale orgiaque, et ne parvenait à s'y faire. Dans le même ordre d'idée, Matthew, le gros pervers à la gauche de Grim, aurait évoqué un aspect plus salace de la situation. "Putain de perverse à l'imagination débordante et à la bouche entrainée". Mais il est certain d'une chose : tous, sans hésiter, aurait fini par évoquer l'aura de confiance et de domination qui embaumait une pièce dès qu'elle en franchissait la porte. Femme-maîtresse, femme-domina. Jacy a tout de celle qu'on ne dupe pas, qu'on ne trompe pas. Marchez-lui sur un pied, elle ne vous le pardonnera pas, et vous le payerez le restant de vos jours.
En attendant, Grim ne connait rien d'elle. Rien d'autre que ce qu'elle accepte de lui livrer, elle aussi prompt aux affabulations et aux travestissements. Avec eux, la réalité prend un tout autre sens. Vérité devient moins mensonge qu'à l'ordinaire, mais demeure mensonge tout de même. Univers de duperie, où confiance doit rimer avec méfiance.

« Je t'ai manqué ? » Avalon ne lui accorde pas de regard supplémentaire. Seul un sourire en coin témoigne de son amusement. Leurs joutes verbales l'attirent sans qu'elle ne sache pourquoi. Elle apprécie le ton de sa voix moqueuse, elle aime son sens de la répartie et laisse doucement la souris lancer les hostilités. « Je suis sur un gros coup... Mais je sais que le gars va me la faire à l'envers. Faut que je règle ça. ». Avalon se concentre sur ses cartes, qu'elle laisse glisser d'un doigt sur l'autre. Le sourire joueur de Grim, ses cartes jetées nonchalamment sur la table, invisibles, elle laisse son regard jouer son rôle. Elle sait que ses pupilles sont des radars, ses plus fidèles alliées au poker. White poursuit avec elle, elle le voit tapoter son verre, frénétiquement, mais sa bouche close et ses prunelles fixes ne l'informent pas assez. Il est le seul à continuer. Si elle hésite à se coucher, elle sait qu'elle doit voir le jeux de son adversaire pour déterminer s'il s'agit d'un tic ou non. Pour percer sa faille, entrer dans son intimité, comprendre et gagner. Une nouvelle carte est retournée sur la table. Un As. Avalon mise. Pas assez gros pour bluffer, pas assez petit pour n'avoir aucun jeu. Son but n'est pas de gagner, son but est de cerner ses adversaires. « La prochaine fois, tu seras gentil de nous emmener tes filles quand même. Ton absence peut largement être comblée par une jeune femme de l'est douée de ses mains. » La curiosité la titille. Curiosité malsaine, curiosité morbide, curiosité tout court. Elle brûle de lui en demander davantage, pourtant sa fierté lui impose le silence. Elle sait bien qu'elle n'obtiendrait rien de lui. « Alors règle ça vite. Bien. Et discrètement. Comme je le ferais. » En somme, une injonction à peine voilée. Mais également un compliment loin, très loin de la façade qu'elle laisse échapper. Ce qu'Avalon sait de cet homme, c'est qu'il a un sens des affaires presque aussi prononcé que le sien. C'est bien ce qu'elle lit dans le regard de Grim, dans sa poigne de fer et dans sa bouche sévère. Elle le devine intraitable, indomptable et colérique. Et elle sait, au fond d'elle, que le duper revient à jouer avec la mort.
Une nouvelle carte retournée sur le tapis de jeu. Un trois. Avalon jette un nouveau regard à White, esquisse un petit sourire. Il ne tapote plus sur son verre. Ce qui signifie donc deux choses : d'abord, il a un trois dans sa main. Paire ou Brelan. Ensuite, elle a trouvé sa faille. Un sourire discret éclaire son visage alors qu'elle jette ses cartes retournées sur la table. Elle n'a pas perdu beaucoup d'argent, et au fond n'a pas perdu du tout. « D'ailleurs, tu devrais aussi prendre exemple sur moi quand tu joues au poker. Si tu continues à te coucher dès le premier tour, on te la fera toujours à l'envers. » Elle lui adresse un sourire en coin, sans autre cérémonie, nullement gênée par les cliquetis de ses jetons promptement ramassés par White. Qu'une nouvelle donne débute, elle est prête et elle sourit.

_________________

there will be blood.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)   Mar 9 Fév - 14:25

† Avalon & Grim.
Ainsi se développe l'intimité. D'abord on donne de soi la meilleure image, le produit éclatant et achevé, retouché à coup de bluff, de fausseté et d'humour. Ensuite, un surcroît de détails est requis, et l'on peint un second portrait, et un troisième. Bientôt les plus belles lignes s'effacent, et un secret se trouve enfin dévoilé.



Luck is always the last refuge
of laziness and incompetence
Bientôt, les piques fusent. Brutales et acerbes, elles sont des coups de pelles sur le visage charismatique de Grim Cole. Chacune d'elles déforme ses traits. La première entaille et les suivantes noie sa fierté dans une marre de sang. Plaie béante et puante, trahie par quelques froncements de sourcils à peine perceptibles et un agacement lisible aux coins de ses lèvres. Son éternel rictus reste présent, mais semble figé, dominé par une âme orgueilleuse et nauséabonde. Pauvre homme qui déjà regarde son honneur déchiqueté, éparpillé puis offert aux quatre vents.
C'est si facile...
Un bref instant, Grim délaisse le jeu. Il oublie ces mains heureuses ou hésitantes, cette tension croissante et palpable et la concentration du croupier qui veille à la justesse des échanges. Il oublie les mises, le pot, les gains et pendant cinq secondes rapides, il réserve à la jolie Wolf une œillade assassine. Regard revolver. Pan ! -la voilà sans vie. Cole imagine sa chute. Délicate, elle sombre enfin dans le silence et choie de ce siège royal qu'elle occupe, le cœur troué.
Mais Avalon s'empare à nouveau du silence et l'image se trouble, puis disparaît. Retour à la réalité brutal pour Grim Cole dont l'animosité malmène la tranquillité. « Pourquoi me ruiner quand d'autres se plaisent tant à le faire à ma place? » Cette fois c'est un œil moqueur qui accompagne ses paroles. Des mots balancés au beau visage de la maîtresse de maison qui semble oublier que son rival est au moins aussi observateur qu'elle. « D'ailleurs White, oubliez donc votre verre quand vous bluffez, cela facilite bien trop les choses à notre hôte. », ajoute-t-il avec un sourire immense à l'intention de l'heureux gagnant de cette première manche. Remarque osée que le concerné semble ignorer, les traits figés dans une expression faite de mépris. Les derniers mots de Cole brisent toutes les règles et quelques murmures outrées accompagnent son arrogance. Plongé dans l'indifférence, le gitan s'amuse un moment de la situation. Il sait qu'il n'a rendu service à personne -sinon à White. Il sait que cette première donne est tout à coup futile, inutile. Et il sait qu'il risque gros et que les deux balèzes postés à la porte se feront un plaisir immense de le balancer dehors sur l'ordre de leur délicate employeur.
Peu lui importe.

Trop occupé à récupérer une à une les pièces manquantes de son Ego, Grim  poursuit son numéro et interrompt le geste du croupier, occupé à brûler la première carte du paquet qu'il s'apprête à distribuer. Discret, l'homme se penche à l'oreille de l'employé et y délaisse quelques mots. Avec un hochement de tête, le jeune blond délaisse le jeu, se lève et s'adresse directement à l'hôte de la soirée. « Monsieur Cole demande un Ring Game. » Grim fond sur un Ava un regard provocateur. Elle, mieux que quiconque, sait ce qu'un Ring Game implique. On oubliera les jetons pour de l'argent ou des biens réels. On délaissera les règles du tournoi et il sera permis à tous de quitter la table quand bon leur semblera. Une partie plus typique, plus sauvage et plus réelle... Et les cent mille dollars alors présents sous le nez de chacun, ne sera plus qu'un lointain souvenirs appelés 'pacotilles'.
Cette fois, il n'est plus question pour Cole de panser ses plaies. Sa requête est un défi que Wolf se fera un plaisir de relever. Il sait ce trait de caractère qui les lie tous les deux : la fierté. Arrogance pestilentielle qui ne peut trouver nul gagnant dans une joute verbale. Sans doute est-ce là la raison pour laquelle le poker est tant apprécié par les deux parties. Quoiqu'il en coûte, il y aura un vainqueur. Et plus la partie sera osée, plus les mises seront importantes, plus bruyante sera la jouissance de s'écraser l'un et l'autre. La main sur ses jetons, Grim apprécie le silence accompagnant son offre. Il jubile, tandis qu'autour de la table se mêlent sourcils froncés, sourires agacés ainsi qu'une anxiété palpable.

Quelques brèves secondes, le silence perdure. Mutisme des plus agréables que Grim Cole se plaît à briser, s'autorisant un petit inventaire joyeux et sans pincettes des six convives présents autour de la table de jeu. « Allons Ava, ne prends pas trop le temps de la réflexion. Il y a beaucoup à gagner... Voyons, qu'est ce que nous avons ?! Un mania de la finance qui me vendrait sa propre fille. Un mafieux plein au as -bras droit direct du grand patron, faut préciser. Un espèce de boucher capable de faire gonfler n'importe quelle poitrine en deux coups de scalpels. Le propriétaire des cinq plus gros hôtels de la côté Est. Un riche héritier qui a choisi d’investir dans le divertissement pour adulte. Un maquereau de génie capable de te dégoter des culs d'une valeur de plusieurs millions. Et toi. Y'a pas tellement à hésiter... » Un nouveau raclement de gorge interrompt Grim. Le chirurgien plastique spécialisé dans la reconstruction mammaire ne semble pas apprécier le terme employé pour le qualifier. Fort de son indifférence, Cole ne lui adresse pas un regard. Son attention est ailleurs, toute réservée à la seule représentante du sexe faible (a) à cette table. Sans honte, il s'autorise quelques rapides coups d’œils sur ses formes si particulières, avant de lorgner son beau visage. Déjà, il sait quelle sera sa décision. Un refus n'est pas envisageable. Avalon Wolf est une joueuse... Et un joueur ne recule jamais devant la provocation. Pourtant, l'homme se permet une dernière pique, comme pour venger cette fierté morcelée par une nymphe dotée d'habileté. « Allez, fais-moi ce plaisir. Prends ta revanche. Habituellement c'est moi qui ouvre tes cuisses, voilà une occasion dorée d'inverser la donne et de m'allonger. » Un sourire graveleux accompagne ces derniers propos. Salopard détestable capable de mettre si facilement à nue leurs coucheries masquées. Coucheries déjà d'autorités publiques certes, mais il y a façon de les présenter. Ainsi, l’œil lascif, Grim Cole noie finalement son arrogance dans son verre.
Bientôt, une autre partie va commencer et il ne sera plus question ni de jetons, ni de bluff. Chéquiers et intelligences seront de mises...

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Luck is always the last refuge of laziness and incompetence. (ava&grim)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Roman] Luck l'Enutrof
» CRISTO 8 mois au refuge de Fontorbe (17)
» 2 schnauzer géant poivre et sel au refuge Cutrelles (77520)
» clean schnauzer geant noir refuge de luynes
» Roy, schnauzer moyen au refuge de Bellegarde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 03. Les origines du mal - Cliffshire. :: Coal North Creek. :: Rosebud.-