AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ϟ never miss the chance to dance {sujet libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 35



Bang bang.
TON JOB: j'occupe des petits boulots à la con, j'me fous un peu de faire des trucs de merde, c'qui compte pour moi, c'est de gagner assez d'argent pour survivre, et faire survivre mes frères et soeurs.
TON AGE: T'es née un 25 juin 1991. T'pourrais nous dire que t'as 24 ans, et t'arrêter là. Mais tu pourrais aussi nous dire, que t'es la deuxième de ta fratrie, quatre ans de moins que ton grand frère, Johas, et entre deux et douze ans de plus que tes autres frères et sœurs, Phedra, Esther, Junie, et Attale. En gros, tu es l'aînée de la maison depuis que ton frère s'est tiré pour ses études. Et ça, c'est un point bien plus important que ton âge en lui-même.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Ϟ never miss the chance to dance {sujet libre}   Lun 18 Avr - 4:22

Retiré.

_________________

❝ i just wanted to be strong enough ❞
▲ This is what life is. Fear, rage, desire, love. To stop feeling emotions, is to feel death. The real violence, is the one we do to ourselves, when we're too afraid to be who we really are. And sometimes I look at myself in the mirror and I don't know who I am.



Dernière édition par Celymene DeHaas-VanDriest le Lun 11 Juil - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 12



Bang bang.
TON JOB: Chercheur en astrophysique, conférencier parfois -mais il a horreur de ça.
TON AGE: 34 ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: Ϟ never miss the chance to dance {sujet libre}   Mar 3 Mai - 0:51

Boom. Boom. Boom.
Rythme effréné des basses, jusque dans la peau, jusque dans les os. Ca me vibre, ça m'envole. Je ne danse pas, non. Ce serait foutrement ridicule. J'erre. Je me faufile entre les corps, happé, fasciné par les lumières, les visages déformés, les gestes, le bruit incessant, assommant. La foule se meut en de vagues démentes, frotte, crie, bascule, bouscule. Quelques mains perdues, me frôlent, m'agrippent, relâchent. Les contacts qui donnent un peu de consistance au fantôme. Un peu de résonance aux songes paumés. L'alcool brûle encore la gorge, tord l'estomac, brouille la vision. Acouphène permanent,  grave ; les lèvres qui s'accrochent à d'autres, aux femmes, aux muses.

Les yeux, partout. Brillants dans le noir, t'observent. Ils jugent, te prennent comme proie. Tu croirais entendre ton nom crié, murmuré entre quelques chants digitalisés, quelques notes de synthé. Leev. Syllabe doucement articulée dans la mélodie, si ça n'est par quelques cris paniqués. Et tu t'en fous. Tu te dis que c'est le fruit de la drogue, ou juste de la maladie qu'elle exacerbe. Tu y fais vaguement abstraction. Mais ça reste, ça sonne, comme un écho perpétuel. Retourne toi. Regarde, fouille, scrute. Tu vacilles, reprend appui ça et là. Tout pour rester sur tes deux pieds. Ne pas t'humilier.


Un amas grouillant d'esprits en quête de fuir. Fuir les problèmes, les gosses, le boulot, les amours déçus, les examens ratés, le stress, l'angoisse, le réel. Une bulle de plaisir éphémère. Contagieux. Une orgie d'endorphines, de drogues ; les cachets qui roulent sur les langues, MD, speed, LSD, cocaïne ; GHB, pour les moins chanceuses. Tout empeste la débauche, la sueur, le sexe, la chaleur. Passif, je me laisse porter, traîner, secouer. Une fille, qui s'accroche à mon cou ; sourire béat aux lèvres. Les spots sculptant le visage creusé, redessinant les pupilles explosées. Elle articule quelque chose. Des mots qui resteront à jamais fondus dans le boucan ambiant. Mes lèvres s'étirent en un rictus bête, s'écrasent sur les siennes. C'est tout ce que je veux. Tout ce que je cherche. Mon bras vient chercher sa taille, la coller à moi dans cette banalité des temps modernes. Le jeu des chairs se suffirait à lui-même, mais voilà ; brusquement, il y a le col de ma chemise qui m'étrangle. On me tire, vers l'arrière. Et je prends bien trop de temps à comprendre, retrouver le haut et le bas, ma gauche ou ma droite. Je me laisse happer, lâcher. Je n'ai pas le temps de voir le petit-ami de la belle. Juste le poing qui me percute en pleine tempe. Emporté par l'élan, je recule, vacille, trébuche, trouvant à rester debout en me retenant à quelques épaules au hasard. Bientôt, le couple disparaît, comme une goutte d'eau dans l'océan, une hallucination qui laisse la douleur pourtant lancinante. Le souffle coupé, la douleur assaillante, je me redresse, un oeil fermé, l'hématome qui gonflerait sous la peau, bientôt.

Tu ignores même si l'on t'a vraiment frappé. Pris dans le rêve, les chimères, tu ne distingues plus les contacts réels des impressions trompeuses. Alors, Leev, tu t'éloignes. Ca te fait angoisser, finalement. Pas longtemps, rassure-toi. L'ivresse reprendra bientôt ses droits.


Je me rapproche d'une porte de sortie. Le temps de prendre l'air, de revenir sur Terre. Mais une fille croise mon chemin, trébuche, devant moi, me laisse au seul réflexe de la rattraper d'un bras. Les regards éclatés se croisent, une seconde. Sa voix se fait un chemin jusqu'à mes sens endormis, mais je suis lent, putain. La bouche s'ouvre, mais il faut quelques instants pour mettre les pensées en ordre, y trouver les mots. Ils sonnent comme au ralenti dans la cavité trop grave ; "Tout va bien ?" Je cligne des yeux, en quelques saccades trop molles. Le mélange médicamenteux frappe la nuque, engourdit chaque nerf. Pourvu qu'elle ne soit pas sobre.

_________________
Δ I'M GOING TO DROP THE BOMB
never had much faith in love or miracles. never wanna put my heart on deny. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ϟ never miss the chance to dance {sujet libre}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Libre] Seul sous la pluie
» tournoi officiel :coupe hercule(sujet libre mais limité a 4)
» Sarkozy veut censurer les guignols de l'info
» [Hors sujet] Humour.com
» Ville Libre de Mévry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 03. Les origines du mal - Cliffshire. :: East Glostbury. :: Bayleton.-