AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 she's a killer queen, dynamite with a laserbeam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 26



Bang bang.
TON JOB: catin aux cuisses maculées de vice
TON AGE: vingt-cinq
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Sam 19 Mar - 21:59

† Natalia Banks

rubs her lips 'round a Mexican Coke,
Makes you wish that you were the bottle,
Takes a sip of your soul
ton âge : vingt-cinq années qui glissent, presque invisibles sur ses traits juvéniles.
ton surnom : suka, ça faisait trembler les murs quand la vieille folle criait trop fort. petite pute, sombre conne. et maintenant? on prend les mêmes et on recommence, dans une autre langue.
ton job : résidente du bordel de la ville, catin aux cuisses maculées de vice. elle se vend par devoir, son corps est une dette.
feat : alma helgesson
statut : oiseau de nuit, putain de chacun. amante privilégiée ou simple accessoire, tout dépend de leur bon vouloir.

the player.
ton pseudo : løreen
ton âge : dix-huit
inventé, pv, scenario ? : inventé
ton avis sur le forum ? : ça fait quelques temps que je tourne autour de cette perle, et j'ai fini sauter le pas alors que j'étais à deux doigts de couper les vivres avec le monde du rpg parce que voilà quoi :dead: (je suis faible)

tes tics, tes manies, tes envies : DÉPRAVÉE besoin de se détruire pour se sentir vivant, natalia connaît bien ce crédo. sa clope, c'est comme une extension d'elle-même. elle a toujours connu la puanteur du tabac, elle était pas née que sa mère engrossée l'enfumait déjà. mais si seulement elle ne se limitait qu'à des poumons carbonisés. trop tôt ça a développé de vilaines addictions, faute d'avoir grandi dans un coin où les substances se vendent comme des bonbons. l'envie d'adrénaline régit encore ses choix. inconsciente comme une enfant qui fait ses lois. la débauche l'encrasse et son corps en garde la trace. dans le creux de son coude, on voit marqué mort blanche. on y lit les restes d'une dépendance à l'héroïne. elle est sobre depuis qu'elle a atterri là. mais pour le reste, elle y arrive pas. y a bien des fois ou elle regrette de se foutre en l'air comme ça, mais ça change rien. elle est vaine, elle est faible. PIE VOLEUSE elle s'adonne aux tours de passe-passe depuis qu'elle est môme. c'est ses aînés qui lui ont appris les ficelles du métier. tout un art qu'elle a fini par maîtriser. à dix ans à peine, on la fait pickpocket. petit bandit des rues, sale rat qui dépouille les plus aisés. une poche par ici, un bijou par là. la misère rend malhonnête. quand le challenge est trop alléchant elle cède à la pulsion, se faufile derrière une silhouette, l'envie lui prend encore de mettre la main dans une poche qui dégueule l’argent sale. sa lubie devient une addiction. petite fouineuse finira un jour punie par sa propre perversion. elle a continué parce qu'on a jamais pris la peine de lui dire qu'elle devrait faire attention. amoureuse des objets, il lui arrive même de voler des babioles qu'elle garde pour elle. des précieux qui à ses yeux deviennent trésor. BÂTARDE les papiers sont formels, et pourtant elle n'est américaine qu'à moitié, comme le témoigne sa peau excessivement pâle sublimée de deux prunelles translucides. ses gènes slaves, elle les doit à sa mère, immigrée clandestine débarquée sur le sol américain avec ses quatre frères sur les bras. ce sont tous des strovanov. sauf elle, qui s'est remariée. une tare qu'elle a réussi à virer de ses papiers. natalia, elle, n'en a pas hérité. patronyme désuet, vestige d'un père disparu qui n'est pas le sien, d'une famille qu'elle n'a jamais su vraiment su intégrer et qui fait d'elle le vilain petit canard de la fratrie. ils viennent tous d'un pays qu'elle ne connait pas, une mère patrie qui ne l'a pas vue naître en son sein. à la maison ça parlait souvent russe, une langue dont elle n'a réussi à maîtriser que les insultes, ce qui avait tendance à ressortir le plus souvent. l'habitude a fait que certaines lui en échappent encore, de temps en temps. SPECTRALE natalia est une énigme. on ne sait jamais sur quel pied danser avec elle. son regard indescriptible la rend difficile à cerner et à comprendre. elle joue beaucoup de ce doute qui plane autour d'elle pour sauver les apparences. dans un coin comme deadeye, la discrétion est la meilleure des armes. son passé est fantomatique. personne ne sait d'où elle vient, ni ce qui l'a poussé à se terrer ici. la vie d'une putain n'intéresse pas grand monde. quand les questions se posent, elle se survolent. elles peuvent bien rester sans réponses, tant qu'elle daigne ouvrir ses cuisses au plus offrant. elle s'est présentée comme vagabonde perdue en terre inconnue, un corps à offrir en échange d'un foyer. personne n'a jugé utile de s'en méfier. personne n'irait penser que la violence peut réellement l'habiter si elle se sent en danger. qu'elle couve son flingue à l'abri des regards et qu'elle se sort jamais sans avoir affûté ses petites lames de rasoirs. moins ils en savent, mieux elle se porte. MEURTRIÈRE coupable d'homicide, criminelle en quête de rédemption. son ivg la marque encore profondément. un point faible qui la fait encore s'écrouler sous le poids de sa culpabilité. elle l'a fait par lâcheté. le bébé n'était qu'à l'état de quelques cellules, à peine formé. mais bien vivant. les regrets ont surgi. grossière erreur que de penser que ça lui passerait aussi vite qu'on le lui a arraché. la symbolique de cet acte est bien trop criante pour qu'elle se contente d'oublier. les conséquences de sa funeste décision n'en ont été que plus désastreuses. elle y pense encore, toujours. au père, aussi, souvent, quand elle est triste. quand l'ivresse emplit son âme et l'abandonne à ses souvenirs. elle rêve un peu, devine les traits du petit être qui n'est jamais né. elle cauchemarde l'enfant qui la hante, pointe en sa direction un doigt accusateur. une vie innocente qu'elle a sacrifié pour sa cause de désespérée, sur l'autel de ses fantasmes factices.

Dans tes souvenirs, raconte-nous la première fois où tu as été confronté au « Mal ». Quelles étaient alors tes options et quel a été ton choix ? ✚ il y a des maux qu'on veut pas laisser partir, qui restent quoi qu'on fasse, quoi qu'on dise. c'est le mal de mère qui a surgi en premier, faible et assassin. s'ensuit le mal du père qui grandit, comme une amère rancœur, de la haine au fond du cœur. le mal des frères à la dérive, un manque qui laisse avide. les familles dysfonctionnelles, d'où elle vient ça s'présente comme une routine. la vie de galère des quartiers sud de chicago, c'est un chaos qui s'est propagé en elle comme un mal dans les veines, un poison au fond de la gorge. des gosses comme elle, y en a toujours eu et y en aura encore des tas. ils présagent jamais rien de bon, et souvent ils n'arrivent pas à grandir comme il faut. quand les grands ont mieux à faire que d'éduquer leurs mioches, c'est le mal d'amour qui les engraine et font d'eux de la mauvaise herbe, des marginaux, des irresponsables. c'est comme ça que ça marche. elle a pas eu l'choix natalia, elle a subi comme les autres et ça lui a laissé des séquelles. Tes choix de vie t'ont-ils déjà apporté des ennuis ? ✚ jusqu'ici, son existence se résume à un ramassis de mauvais choix, d'échecs tous plus cuisants les uns que les autres. des erreurs de jeunesse, des actes dangereux et inconscients, des décisions fatales et peu judicieuses. la justice ne l'a toujours pas rattrapée, elle l'a probablement semée depuis longtemps. on n'a pas à se soucier de la cause d'une insurgée qui joue les petites frappes en manque de sensations. c'est ses propres démons qui lui font la peau et l'enfoncent plus bas que terre, la tête en pleins dans ses regrets devenus poussières. Quelle importance accordes-tu à l'humanité dans son ensemble ? Comment te comportes-tu socialement ?  ✚ d'une manière générale, les gens l'indiffèrent. natalia, c'est l'égoïsme des petits rois et la désinvolture qui blesse. les mots sont rares, parce qu'elle les choisit avec une minutie déconcertante et les assène là où ça fait mal. abonnée aux mauvais mots. quand elle ouvre la bouche, c'est toujours vulgaire. des phrases ponctuées de putain, bordel, merde, connard. elle dégaine son arrogance et ses sarcasmes comme des armes. elle a toujours la répartie cinglante qu'on a pas vu venir. natalia est une chimère, on dit que de tes larmes elle s'en fait des colliers de perles. on dit qu'elle prend son pied en voyant les gens souffrir. elle leur écorche l'ego, leur bouffe le cœur. mais c'est souvent la faute à sa franchise trop handicapante. elle est sauvage, comme une bête mal apprivoisée. exprimer son affection c'est quelque chose qu'elle ne maîtrise pas du tout. et la maladresse, ça réussit pas à quelqu'un qui veut avoir contrôle de soi-même permanent. Serais-tu plutôt la « tête » ou la « main » ? ✚ natalia, c'est la main gantée, la violence sournoise et dissimulée, vice insoupçonné. mais il faut bien une tête, un esprit suffisamment brillant pour berner quelques mécréants. natalia est calculatrice. elle observe, elle analyse, elle comprend. la nature humaine est un mécanisme qu'elle déchiffre à travers son regard indescriptible. sa lucidité étonne, son audace dérange. elle manipule les foules, lorsque son propre intérêt en dépend. c'est un talent, une aberration, un cataclysme qui fait des ravages. des mensonges qu'elle sait tisser, qui filent entre ses lèvres comme un liquide âpre, un poison toxique. elle se prend pour une marionnettiste quand elle joue avec les ficelles de ses pantins désarticulés, cobayes de ses phalanges agiles. Quelles sont tes pires craintes et tes plus grandes angoisses ? ✚ putain sans valeur se voit rongée par la peur de rester prisonnière de la vie qu'elle mène. lassée d'être l'amour de leurs envies jaunes. natalia craint de devoir s'éterniser au bordel comme ses aînées, consciente du pacte qui la scelle avec la grande maquerelle. celle qui dans la fausse bonté de son âme lui a offert l'hospitalité. elle a songé à partir, des tas de fois. mais elle n'a nulle part où trouver refuge. ce trou à rat, c'est une punition bien méritée pour une inconsciente qui n'arrive pas à savoir ce qu'elle veut vraiment. les dés sont jetés, et la possibilité de rejoindre un ailleurs qu'elle ne connaît pas l'effraie.
Dans ces adjectifs, le(s)quel(s) te définis(sent) le plus ? (indique les en gras)  improvisation, impétuosité, rêverie, instabilité, adaptivité, sens pratique, intuitivité, négligence, gaspillage, passivité, habitude, introversion.


Dernière édition par Natalia Banks le Jeu 7 Avr - 11:01, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 26



Bang bang.
TON JOB: catin aux cuisses maculées de vice
TON AGE: vingt-cinq
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Sam 19 Mar - 21:59





wanna be somebodies
on dit, ils disent. dans les rues, les gens sont murmures.
on dit de la mère banks que c'est une sale opportuniste. parce qu'à peine débarquée avec trois gosses sur les bras, elle s'est arrangée pour qu'on lui passe la bague au doigt. pour que son nom ne fasse plus tâche sur les papiers. elle a trouvé quelqu'un à embobiner, une couverture parfaite en échange de quelques billets, modeste récolte de quelques faveurs d'une putain improvisée. et puis voilà, c'était plié, vive les mariés.
on dit que du père que c'est un raté, un profiteur, une enflure. puis, vu la vitesse à laquelle il se détruit, y en a beaucoup qui mettent leur main à couper comme quoi il n'en aurait plus pour très longtemps. il se murmure qu'il aurait choppé une sale tumeur qui le ronge de l'intérieur.
les frères strovanov, ils sont toujours en cavale. ils baignent dans de sales affaires. on dit qu'ils crachent, frappent, volent. le moins futé des trois a déjà eu droit à un séjour en centre de redressement. on dit "ces enfants là, ils sont pas bien forts, pas bien intelligents." parce qu'ils n'arrivent pas à aligner trois mots d'anglais correctement.
et puis il y a natalia, la benjamine, la presque-soeur, la presque-russe. fruit du mariage arrangé, éhonté, pointé du doigt mais jamais dénoncé. une tare qui s'ajoute à la famille disloquée. probablement née pour donner un peu de vrai, un semblant de dimension à cette union sans amour.

sa famille est un dépotoir, comme pourrie jusqu'à la moelle. elle aimerait se contenter d'en souffrir en silence. elle aimerait être conne. elle aimerait bien ouais, savoir jouer la carte de l'ignorance. mais pas de chance, natalia elle choisit d'ouvrir sa gueule et de dégueuler sa haine. ça crie dans leur maison trop petite, ça crie. c'est infernal. papa est aux abonnés absents et les frangins se pointent de moins en moins souvent. mère et fille se déchirent, ne savent communiquer qu'en se crachant les pires atrocités. ça frappe quand maman ne sait plus comment la faire taire et qu'elle a un peu trop de blanche dans les veines. les gifles fusent et parfois, elle lui tire même ses beaux cheveux qui ressemblent un peu trop aux siens. des mèches entières s'en vont, et les larmes coulent. à force ça s'estompe, la douleur s'efface. au fond ça l'agace, mais ça ne lui fait même plus mal. et puis l'autre pleure parce qu'une fois de plus, elle a abîmé sa poupée de chiffon. bipolaire à la con. sa haine envers sa propre mère ne fait que s'accroître. son père aussi, même ses frères. elle les déteste tous. c'est malsain, c'est viscéral. natalia s'enferme dans son mutisme. plus rien ne s'étale sur son visage de porcelaine, mais elle en a marre de tout ça. elle n'en peut plus, elle frôle la crise d'hystérie quand elle reste trop longtemps dans son taudis, avec la vieille folle et ça lui fait peur, quand elle voit que les années passent et qu'elle est toujours là.

natalia est malheureuse. elle s'ennuie à en crever, se sent prisonnière d'un monde qui ne répond pas à ses attentes bien trop grandes. sa place n'est pas ici, elle le sait, c'est une évidence. la fleur de l'âge la rend bête et envieuse. elle a des envies de découvrir le monde, des envies de voyage, de diners dans des restaurants chics, de superbes appartements. elle rêve d'une vie de débauche pailletée, de talons rouges et de marques labellisées richesse imaginaire. alors ça se brode des pièces uniques à base de thrift shop et de vieilleries. ça se forge une démarche de superficielle, un ego à la superficie du ciel. et du haut de son nuage natalia crache sur les gens. sur les mecs en chien qui tiennent les murs. sur les meufs qui leur ouvrent les cuisses. sur les potes d'enfance dont elle a honte depuis qu'ils sont devenus des loosers complets. ils la dégoûtent tous. mais faut bien se laisser approcher par deux trois têtes pas nettes, au cas où les crachas finiraient par retomber sur sa gueule parce qu'elle ne s'est jamais tenue très loin de tous ces galériens qu'elle méprise tant. ces gens qui savent pas trop pourquoi elle s'est mise à renier le ghetto qui l'a vue naître, berceau de ses plus tendres années, et à vouloir ce qu'elle ne pourra jamais obtenir. pourtant, dans ses yeux grands comme des soucoupes noircis par le khôl y a comme un feu ardent qui s’éteint jamais. des flammes qui dévorent ses pupilles éclatées, des éclats de braises qu'elle répand autour d'elle. c'est son innocence qui brûle sous les centaines de mégots consumés. c'est son âme qui se noircit à force de comparer les couleurs, à la télé, et le gris de son quartier. toujours sur les nerfs, altérée par un cratère logé au creux du cœur. mais ça, c'est ce qui se cache derrière les mille brisures de l'enfant abîmé. natalia est fanée et elle tente de le camoufler. alors elle fait comme les autres. elle s'amuse, elle brûle sa vie par les deux bouts. ça danse jusqu'à pas d'heure dans des soirées pourries qui s'terminent toujours en trou noir dans sa mémoire. ça se plaît à attiser des regards de fauves, des pensées obscènes pour exister. elle attend, elle tue le temps. y a bien un jour où elle finira par partir. elle sait pas trop encore si c'est partir à l'autre bout du pays ou juste partir de la vie, mais elle n'en peut plus d'ici.

puis il y a eu une promesse de fuite, pour de bon.
une promesse d'amour, de sortir de cet enfer.
c'est tout ce qu'elle avait besoin d'entendre, elle qui dérivait sans savoir quoi faire.
à l'aube de leurs vingt ans mal entamés, ils ont taillé la route avec de l'argent sale et une caisse volée. ils se l'étaient promis, comme les enfants des rues en quête d'absolu qu'ils étaient. l'amour de sa vie déjà foutue, c'était lui. lui, avec tout ce feu qui dansait dans ses yeux. lui, avec ses mots crus, ses caresses abruptes, son souffle corrosif qui lui caressait l'épiderme. le pire du bien, l'éloge du mal, l'apogée de la rage. le sang qui macule le t-shirt blanc, l'encre qui parsème la peau. sale gueule, sale dégaine et un bidon de kérosène à la place du coeur. lui et elle, c'était le savant mélange entre adoration et rancœur, addiction et violence, sensations fortes et imprudences. si bien qu'un jour, deux ans plus tard et quelques milliers de kilomètres derrière eux, natalia s'est trouvée en cloque. mais entre temps, la passion s'est effritée. les coeurs se sont fânés, les disputes ont fusés. leur vie de débauche les consumait, la tragédie les guettait, inlassablement. ils se sont vautrés dans la puanteur de l'enchaînement, voués à un échec patent et amer. et leurs espérances haut placées qui les avaient poussés à se tirer s'éloignaient chaque jour un peu plus de leur portée. l'annonce de la grossesse n'a rien éveillé en lui. pas une promesse, pas un ravivement de flamme. rien. natalia ne voulait plus de cette vie. elle s'imaginait le pire, avec un môme sur les bras et leur amour bancal. l'évidence était là. ils n'étaient pas prêts à être parents. une nuit, dans son dos elle a tout plaqué. elle s'est enfuie comme une voleuse, avec son ventre encore plat et quelques billets en poche. elle s'est fait retirer le bébé, fruit de leur union sacrée. elle l'a jeté comme on se débarrasse d'un mouchoir usé. toute seule, comme une grande. elle n'est jamais revenue. et maintenant, c'est trop tard. le destin s'occupe de la punir comme il se doit. sa cause n'intéresse plus personne. elle pourrit comme une malpropre, noyée dans tous ses regrets.


Dernière édition par Natalia Banks le Mar 5 Avr - 21:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 117



Bang bang.
TON JOB: chimiste en parfumerie et prostituée officieuse pour la mafia russe.
TON AGE: vingt-cinq ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Sam 19 Mar - 22:05

Je ne connaissais pas la miss, mais elle convient parfaitement à ce perso'. :aah: Ton début de fiche me donne vraiment envie d'en savoir plus !

Bienvenue parmi nous ! :brill:

_________________
my blood type is no negative, but i'm positive the dark ain't deep. just switch your light on when we hit the streets. ✻✻ you can drink a mint tea by the red sea as you're living out whose fantasy,
Dancing on the ledge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je n'm'enfuis pas,
je vole. ➹
CARTOUCHES : 560



Bang bang.
TON JOB: marchandise qui se fait la malle.
TON AGE: vingt-quatre ans et demi.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Sam 19 Mar - 22:07

OWIII TU ES A LA TATUM HOUSE !? J'AI FUIS LA TATUM HOUSE.
COUCOU. BIENVENUE ET BONNE CHANCE POUR LA FINITION DE TA
FICHE. DJFJNSJDLOFJDKLFKDFJL.JLK
... Il nous faudra un lien. :face:
et je ne connais pas ton vava mais elle est
magnifique ! :keur:

edit : ... Et le titre de ta fiche !! :brill:

_________________


k a l i .
(/ˈkɑːli/), also known as Kālikā, is the Hindu goddess associated with empowerment, or shakti. She is the mighty aspect of the goddess Durga. The name of Kali means black one and force of time, she is therefore called the Goddess of Time, Change, Power, Creation, Preservation, and Destruction. Her earliest appearance is that of a destroyer principally of evil forces. Various Shakta Hindu cosmologies, as well as Shākta Tantric beliefs, worship her as the ultimate reality or Brahman; and recent devotional movements re-imagine Kāli as a benevolent mother goddess.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 185



Bang bang.
TON JOB: pompier et ambulancier
TON AGE: trente-quatre ans
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Sam 19 Mar - 22:38

Sublime :brill:
On a des déesses ce soir :uhuh:

Bienvenue chez toi, j'espère que tu te plairas parmi nous :brill: :hrt:

_________________

    AUX AUTRES LE CIEL BLEU
    De ces espérances chimériques dont la renommée enchante le cœur de ses esclaves, puisque nous n’emportons chez Pluton que la poussière dont nous sommes formés ©️ signature by anaëlle.

Valka le Dragon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

something spicy
can't never be sweet
CARTOUCHES : 98



Bang bang.
TON JOB:
TON AGE:
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Sam 19 Mar - 22:43

Bienvenue ! :D

_________________


There are two ways of spreading light:
to be the candle or the mirror that reflects it.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne
CARTOUCHES : 150



Bang bang.
TON JOB: clown.
TON AGE: quarante deux ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Dim 20 Mar - 0:20

bienvenue
j'adore la bouille de ton perso, bonne chance pour la suite de ta fiche :brill:

_________________
fleurs du mal
c'est le Diable qui tient les fils qui nous remuent!  aux objets répugnants nous trouvons des appas;  chaque jour vers l'Enfer nous descendons d'un pas,  sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.. ©️ by tik tok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Invité
Invité

MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Dim 20 Mar - 9:19

bienvenue :keur: joli début de fiche, ta plume est renversante ohyeah je ne connais pas la bouille, mais on a envie de lui faire de sales choses :ange:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

in carnage i trust
CARTOUCHES : 719



Bang bang.
TON JOB: Avocat et bourreau des temps modernes.
TON AGE: 54 printemps.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Dim 20 Mar - 17:03

Aaaaaaaaah ce nom de famille, j'adore :brill:
Welcome here :keur:

_________________
Fucking Unbelievable
I believe in the god of carnage. The god whose rule has been unchallenged since time immemorial. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fuckyeahmisterwaltz.tumblr.com/
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 31


MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Dim 20 Mar - 17:58

owo, cette plume mais perfide muse qui vient avec ses jolis sorts pour nous attirer et nous dévorer moustachio une jolie catin, c'est toujours utile :weird:  t'es brune, t'as d'la chance :king: (j'ai tendance à étrangler les jolies blondes dans mon lit :ange: pas ma faute)

bienvenue koeur

_________________
Promesses de l'ombre
A l'heure où les chastes étoiles ferment leurs yeux appesantis, l'araignée y fera ses toiles, et la vipère, ses petits...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 26



Bang bang.
TON JOB: catin aux cuisses maculées de vice
TON AGE: vingt-cinq
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Mer 23 Mar - 19:20

gosh, quel accueil! vous êtes des amours, tous autant que vous êtes, merci pour vos compliments vraiment c'est trop, surtout que j'vous ai stalk et que vos plumes sont à tomber. ces persos mama... tellement badass koeur (et vos avatars j'en parle même pas... je fonds. ils sont divins :dead:)
vous me motivez de ouf là, vous imaginez pas à quel point alors oui je sais, j'avance à trois à l'heure dans ma présa mais je suis malade comme un chien depuis lundi... déjà que je suis pas super rapide en temps normal, là c'est pire :lol: mais promis je compte boucler tout ça dans les temps koeur

edit: oh et khalidasa (ce pseudo koeur), pour te répondre malheureusement je pensais à la faire crécher dans un coin plutôt miteux, cohérence oblige, la tatum house étant assez luxueux je pensais davantage au bordel de deadeye... (d'ailleurs le pv de la gérante m'a longtemps fait de l’œil, trop de perfection) mais j'ai pas envie qu'on passe à côté d'un lien à cause de ça, surtout que je trouve ton personnage super intéressant et touchant et tout quoi. (oh et queen ftw, bien sûr, jotem t'as reconnu :héhé:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je n'm'enfuis pas,
je vole. ➹
CARTOUCHES : 560



Bang bang.
TON JOB: marchandise qui se fait la malle.
TON AGE: vingt-quatre ans et demi.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Mer 23 Mar - 23:44

de rien ! \o/
hawwn pas de problème à cela ! *^*
et comme tu dis, on pourra toujours
trouver un lien ensemble malgré tout ! :keur:
(et oui, j'ai direct reconnu !! :face:)

_________________


k a l i .
(/ˈkɑːli/), also known as Kālikā, is the Hindu goddess associated with empowerment, or shakti. She is the mighty aspect of the goddess Durga. The name of Kali means black one and force of time, she is therefore called the Goddess of Time, Change, Power, Creation, Preservation, and Destruction. Her earliest appearance is that of a destroyer principally of evil forces. Various Shakta Hindu cosmologies, as well as Shākta Tantric beliefs, worship her as the ultimate reality or Brahman; and recent devotional movements re-imagine Kāli as a benevolent mother goddess.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 155


MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Ven 25 Mar - 14:28

Bienvenue parmi nous :brill:

_________________

On n’a pas de but ni de vraie place. On n’a pas de grande guerre, pas de grande dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression c’est nos vies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 117



Bang bang.
TON JOB: chimiste en parfumerie et prostituée officieuse pour la mafia russe.
TON AGE: vingt-cinq ans.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Lun 28 Mar - 12:13

Bonjour. I love you Le délai pour ta fiche est écoulé. Si tu ne donnes pas de nouvelles avant trois jours, ta fiche sera archivée et ton compte supprimé. N'hésites pas à contacter le staff si tu as besoin d'un petit délai que nous serons ravis de t'accorder. :hrt:

_________________
my blood type is no negative, but i'm positive the dark ain't deep. just switch your light on when we hit the streets. ✻✻ you can drink a mint tea by the red sea as you're living out whose fantasy,
Dancing on the ledge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 185



Bang bang.
TON JOB: pompier et ambulancier
TON AGE: trente-quatre ans
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Mar 29 Mar - 21:34

putain de bordel de merde ! quel personnage, j'suis soufflée mais j'aime tellement ta Natalia ! elle promet tellement de choses, j'espère que tu te plairas chez nous, fais ton nid seulement! viens, on est bien :string: Cela dit, j'hésite au niveau du groupe tu es entre les pervers et les gentils, tu avais une préférence ? (mauve ou rose? valou)
Maintenant que tu fais officiellement partie de notre grande maison ( moustachio moustachio approuve), j'te donne des petits indices pour savoir quoi faire maintenant, et ce que le grand terrain de jeu de notown blues met à ta disposition. :keur: Déjà, je te conseille d'aller lire les annexes si ce n'est pas fait, ainsi que les les règles de mr le maire, ça t'aidera à t'imprégner de l'ambiance :face:. Ensuite, si tu veux te faire plein d'amis (et de bons ennemis surtout ), il faut aller poster une petite fiche de lien. Et puis si vraiment t'es hyper pressé et que t'es un sacré joueur, il y a la loterie des rps, hyper pratique pour écrire vite et en excellente compagnie. :perv: Plus classique, tu peux demander un rang, un lieu auquel on n'aurait pas pensé, un logement et puis créer ton petit scenario. Voilà, t'as tous les éléments...

Que ton voyage commence. :rip:


_________________

    AUX AUTRES LE CIEL BLEU
    De ces espérances chimériques dont la renommée enchante le cœur de ses esclaves, puisque nous n’emportons chez Pluton que la poussière dont nous sommes formés ©️ signature by anaëlle.

Valka le Dragon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 26



Bang bang.
TON JOB: catin aux cuisses maculées de vice
TON AGE: vingt-cinq
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Mar 29 Mar - 22:19

mah mais c'est adorable tout ce que tu me dis là j'en mérite pas autant! merci beaucoup en tout cas, ça me fait super plaisir, j'suis ravie de voir que ma gosse te plaît autant :aah: et t'en fais pas, je compte bien poser mes valises ici, je m'y sens déjà comme chez moi I love you
(sinon pour le groupe, j'avoue que même pour moi ça a été difficile de me décider vu que natalia a quand même un côté bien torturé... mais j'la verrais plutôt du côté des mauves parce qu'elle reste mauvaise malgré sa fragilité, c'est ce qui ressort le plus aux yeux des autres mm)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

The badder they are, the bigger the reward.
CARTOUCHES : 138


MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   Mar 29 Mar - 22:31

va pour les mauves o/ (nous manque un groupe intermédiaire en fait :lol: )

_________________

    FORGOTTEN TASTE OF YOUR KISS

    Il existe dans tous les sentiments humains une fleur primitive, engendrée par un noble enthousiasme qui va toujours faiblissant jusqu’à ce que le bonheur ne soit plus qu’un souvenir et la gloire un mensonge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: she's a killer queen, dynamite with a laserbeam   

Revenir en haut Aller en bas
 

she's a killer queen, dynamite with a laserbeam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manga-killer,futur panda Feu/PO axé PvP (niveau 134)
» Boudicca, the Warrior Queen (ATO n°35)
» Janvier 2014 : Pullip Classical Queen
» [EDH] Sliver Queen
» Queen's Architect

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 02. The Assassination of Jesse James. :: Les sentiers de la perdition. :: Les affranchis.-