AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ② ☇ YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK. // pv grim cole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

je n'm'enfuis pas,
je vole. ➹
CARTOUCHES : 560



Bang bang.
TON JOB: marchandise qui se fait la malle.
TON AGE: vingt-quatre ans et demi.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: ② ☇ YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK. // pv grim cole   Sam 6 Fév - 1:45


YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK.
─ now he'll have to run ─
Le temps semble comme supsendu. Pas un seul instant, je ne détache mes prunelles de l’œuvre qui se trouve en face de moi. Un tableau. Un simple tableau. Je ne sais pas ce qu'il veut représenter... Mais je pense essayer de percer ses secrets. Qu'importe le temps que l'analyse prendra. Qu'importe si pour cela, je dois savoir combien de couches a pu bien appliquer l'artiste sur sa toile. Je la trouve ni belle ni moche... Seulement intrigante. Peut-être même presque dérangeante. Oh, il y a sûrement plus dérangeant qu'un tas de petites tâches de couleurs mais... Je ne sais pas. Ce tableau dégage quelque chose de mystérieux. Une autre sensation encore que je n'ai jamais eus l'occasion d'avoir. En même temps, il faut dire que je n'ai eus, jusqu'alors, jamais eus vraiment le temps de passer ma journée à observer des tableaux et essayer d'en tirer des conclusions. Peut-être pourrais-je en faire mon métier dès que j'en aurais acquis ses ficelles ? Oh, je ne cache pas l'idée que j'aime également beaucoup chanter et danser... Mais je ne sais encore envers qui m'adresser pour continuer dans de tels voies. Cependant, je dois dire que j'ai eus de la chance ces derniers temps : plus besoin de vendre corps et âme pour obtenir un toit, de la nourriture et une douche. Josefina m'a proposé de m'aider, histoire que je m'habitue à cette nouvelle existence, en pleine liberté. Sans elle, je ne serais pas ce que je serais devenu. Bien que je n'y pense pas forcément, je crois que je serais mort de froid et de faim. Tout seul, sans rien, on ne résiste pas longtemps.

Je balaye finalement mes pensées d'un revers de main pour passer à l’œuvre suivante. Une autre peinture. Toujours aussi intrigante. Mais avec moins de couleurs. Parfois, je me demande ce qui se passe dans la tête de ces gens pour créer des choses pareilles. Non pas que je les pense aliéné... Mais qu'ils ont sûrement beaucoup d'imagination ? Encore une fois, cela ne m'empêche pas de rester tout prêt à regarder la toile pendant des minutes durant, gênant alors le passage à quelques visiteurs qui veulent avoir leur dose d'introspection eux aussi. D'autres néanmoins, ne prennent même pas la peine de s'arrêter devant la création. Comme si... Comme si cela ne les intéressait pas. Pourtant, elle mérite le détour ! Et les autres œuvres d'art aussi d'ailleurs ! Tous ensemble, on a l'impression d'être autrepart. Encore plus loin que Cliffshire. Encore plus loins que le pays où l'on se trouve même ! Oui, je dirais qu'on a le sentiment d'être dans un autre univers, bâti par d'autres gens étranges avec leur propre culture. Je souris alors que je m'amuse à rêver d'un monde plutôt fantaisiste, presque utopique. Ici, je dirais presque que je me sens bien, aucunement pressé de partir, même si je sais que je devrais le faire lorsque le bâtiment décidera de fermer.

Néanmoins, peu à peu, je me rends finalement compte que je devrais sans doute quitter la place plus tôt que prévu. Au loin. Un visage. Monstrueux. Enfin... Il n'est pas horrible physiquement parlant, il est même plutôt pas mal mais. Ce n'est pas n'importe qui. Je le reconnaitrais entre mille. Et ma marque au niveau de ma cheville semble soudainement brûler comme si le stresse faisait monter la chaleur dans toute les parties du corps, jusqu'à l'horrible mal qui vous torture. Le mal de la marque. Je fais vivement volte-face. Je ne sais pas s'il m'a vu et qu'il fait comme si de rien n'était pour mieux se rapprocher de moi ou si c'est le moment ou jamais pour tenter une nouvelle escapade : j'ai bien réussis la première fois, normalement, la deuxième ne devrait pas être bien trop compliquée. Surtout avec toute cette populace qui pourrait réagir à tout instant pour s'interposer entre l'agresseur et l'agressé. Je suis confiant. Qui sait même, je pourrais essayer de rester un maximum sans avoir trop de problèmes. Hélas, même en gardant mon attention sur les créations qui nous entourent, je ne peux m'empêcher de défaillir, sur le point de crier comme une véritable hystérique. Non. Il fallait que je garde mon calme. ≪ - Ça va aller. Ça va aller. ≫ fis-je alors pour moi-même.

_________________


k a l i .
(/ˈkɑːli/), also known as Kālikā, is the Hindu goddess associated with empowerment, or shakti. She is the mighty aspect of the goddess Durga. The name of Kali means black one and force of time, she is therefore called the Goddess of Time, Change, Power, Creation, Preservation, and Destruction. Her earliest appearance is that of a destroyer principally of evil forces. Various Shakta Hindu cosmologies, as well as Shākta Tantric beliefs, worship her as the ultimate reality or Brahman; and recent devotional movements re-imagine Kāli as a benevolent mother goddess.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

let's chase the dragon in my own way, would you ? ☯
CARTOUCHES : 706



Bang bang.
TON JOB: proxénète de génie.
TON AGE: trente-neuf balais.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: ② ☇ YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK. // pv grim cole   Mar 9 Fév - 15:29

† Kalidasa & Grim.
Ever since I can remember I always wanted to be a gangster. To me that was better than being president of the United States. To be a gangster was to own the world.



You would never have come back
La présence de Grim Cole au sein du musée n'est pas anodine. Loin de s'intéresser à toute cette mascarade artistique, il n'est là que pour rencontrer le directeur de Pinewood : Oliver Pasquier, un bouffon gras, franco-anglais et fier de ce mélange banal capable de produire les pires monstres de coquetteries que ce monde puisse porter. Grim n'a pour Pasquier que mépris et indifférence et la toile qu'il souhaite acquérir aujourd'hui pour le Tatum est une pièce d'une rare beauté alliant savamment luxure et sauvagerie... A savoir deux hommes, nus sous leurs feuilles de chêne, occupés à dépuceler une beauté noiraude dont le visage tailladé se déforme de douleur. Une œuvre d'art colorée et teinte d'une atrocité immodérée que Cole déposera dans une chambre avant de se promettre de ne plus jamais en franchir le seuil.
Les négociations vont bon train dans le bureau d'Oliver. « Vingt mille. » La voix de Grim est tranchante. L'énervement est palpable. La compagnie de ce porcelet l'ennui un peu plus chaque seconde. Celui-ci hoche d'ailleurs la tête, en signe de refus. Il ne semble pas vouloir céder et bientôt croise les bras sur son immonde bedaine. « Trente mille et un mois d'accès vip au Tatum. », réplique-t-il, la fierté dans la voix. Cole manque de s'étrangler... Ce gros lard puant ?! Dans son Tatum ?! Plutôt crever. « Te fous pas de moi Pasquier, t'as vu ta gueule ? Tu peux même pas espérer y entrer par la porte de service. C'est vingt mille et rien de plus. Je peux éventuellement te céder une fille pour une nuit, mais ça s'arrête là. C'est pas en me vendant une de tes affreuses toiles que tu vas entrer dans mes bonnes grâces. Va falloir faire mieux. » Oliver serre les dents, mais subit les insultes de Grim sans rougir. Il a l'habitude. Cela fait trois ans qu'il essaie de gagner un passe droit pour le Tatum, qu'il rêve de culs rebondis et de parties de baises proches de l’inoubliable. Trois longues années à essayer toutes les combines, sans jamais réussir à franchir les portes bien gardées du bordel le plus luxueux de cette moitié du pays. « Vingt mille et une fille pour une nuit... Ou tu trouveras un autre acquéreur pour cette œuvre d'art puante. » Le ton est catégorique et Pasquier pousse un soupir. Il comprend qu'il n'aura rien de plus... Le porcelet tend alors une main ennuyée en direction du proxénète. Main que celui-ci empoigne avec dégoût. Affaire conclue. « Je t'enverrai quelqu'un pour le règlement. », ajoute-t-il pour clore la conversation. Et sans même un dernier regard, il déserte le bureau hideux d'un être qui n'a absolument rien pour lui.

Les souliers claquent bruyamment sur le sol de marbre. Rapidement, Grim dévale les escaliers, traverse trois couloirs et se hâte en direction de la sortie. Il a une autre affaire sur le feu et celle-ci est d'importance presque capitale. L'homme s'immobilise pourtant, tandis qu'un visage connu tape l'incruste dans son champ de vision. Cole n'a besoin que d'une fraction de seconde pour l'identifier. Kalidasa. Un prénom compliqué pour pauvre hère réduit à l'état d'esclave. « Putain de merde, t'as mal choisi ton endroit toi. », glisse-t-il dans un murmure, un immense sourire pendu aux lèvres. L'homme recule de quelques pas, dissimulant sa présence au jeune homme -ce brun mystérieux qui lui appartient corps et âme. Celui-ci lui tourne maintenant le dos, peut-être dans l'espoir de passer inaperçu. Cole ne sait s'il l'a vu. Cette journée est riche en affaires !

Cole attend patiemment que Tarian retrouve sa solitude. Un couple de touristes errent lentement dans le couloir, avant de passer dans une autre salle où d'autres statues, d'autres toiles leurs raconteront leur histoire et leur avenir, tandis que Grim Cole construit brillamment son présent. En quelques pas, il rejoint sa victime, l'empoigne et la plaque dans un recoin, presque à l’abri des regards. Un œil sur le visage peu surpris du garçon l'informe qu'il l'avait repéré. « Et t'as même pas eu l'intelligence de t'enfuir ? », lâche-t-il en guise de salutations. Les deux mains fermées sur le col du jeune homme, il le dévisage un instant. Gamin cabochard qui a eu l'audace de s'enfuir, qui a osé prendre ses cliques et ses claques sans même un au revoir ! Là, Grim Cole hésite entre haine et respect. Dans son regard brille une indignation sévère, quand son rictus trahi un amusement certain. « J'ai peut-être pas été assez clair, mais t'es à moi Kali. Tu m'appartiens et tu resteras ma propriété jusqu'à ce que je décide que tu n'es plus un investissement intéressant. » Le ton est tranchant, catégorique. « Tu m'as déçus, tu sais ? Qu'est-ce que tu as en stock pour te racheter ? T'y as pensé ? » Un nouveau rictus trahi un amusement certain. Kalidasa Tarian, la prostituée dotée d'un pénis, longtemps égaré, maintenant retrouvé.

_________________

† Evil has its winning ways
Vous n’êtes pas exceptionnels, vous n’êtes pas un flocon de neige merveilleux et unique, vous êtes fait de la même substance organique pourrissante que tout le reste, nous sommes la merde de ce monde prête à servir à tout, nous appartenons tous au même tas d’humus en décomposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

je n'm'enfuis pas,
je vole. ➹
CARTOUCHES : 560



Bang bang.
TON JOB: marchandise qui se fait la malle.
TON AGE: vingt-quatre ans et demi.
TES ENNEMIS, TES ALLIES:
MessageSujet: Re: ② ☇ YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK. // pv grim cole   Mer 10 Fév - 14:07


YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK.
─ now he'll have to run ─
Faisant tout mon possible pour me cacher en tournant le dos à Grim, je pensais que cela me permettrait de sortir de ce pétrin. Que cela serait plus efficace que de prendre ses jambes à mon cou et le prévenir de ma présence, de par mes pas hâtifs claquant sur le sol marbré du musée. Mais je devine finalement un peu trop tard, alors que je sors tout juste de ma contemplation, que j'avais beau essayé de me dissimuler, il n'y avait dorénavant plus personne pour m'abriter du regard du tortionnaire. Je m'étais condamné sans même le désirer. Bientôt, je le sens alors me saisir de ses poings fermes au niveau de mon col pour venir m'écraser contre un coin de la salle. De tout les côtés, la fuite est impossible. Je fais alors face, malgré moi, au proxénète qui plante ses prunelles dans les miennes. Prunelles, que je cherche à éviter par tout les moyens possibles, n'assumant pas mes actes et courbant instinctivement l'échine. Il lance alors ≪ - Et t'as même pas eu l'intelligence de t'enfuir ? ≫ Je deviens rouge, n'arrivant pas à piper un seul mot. Oui j'aurais dû et je ne l'ai pas fait. Au plus profond de moi, je me disais que cela serait un bon point qui suffirait sans doute à l'homme afin de m'excuser pour lui avoir échappé une première fois et non une seconde fois ? Mais alors que j'avais goûté à la liberté, je me voyais mal revenir en arrière et subir tout ce que l'on m'avait déjà fait subir par le passé. Non. Risquer d'y retourner, c'est risquer d'être définitivement enchaîné à la Tatum House. Ne plus jamais avoir l'occasion de profiter de son existence comme tout simple mortel qui le méritait et se cantonner à un rôle qui nous rebutait. N'être qu'un objet dans les mains de ses hommes et ne plus avoir son mot à dire. Se parer de toute les richesses qu'on vous donne seulement pour plaire à un client qui pense bien faire en donnant une grosse liasse de billet pour profiter de quelques heures au côté d'un être déchu de toute humanité. Ne vivre que pour l'autre. Hélas, cela était presque devenu une habitude alors que j'eus passé plus de temps au lit qu'à n'importe quel autre endroit ailleurs. Qu'il me sera malheureusement plus aisé de revenir à cette situation jadis qu'à celle qui me tendait les bras. Pas seulement par rapport au temps qui s'était écoulé mais aussi par l'éducation que j'avais reçu de part ses hommes qui avaient fait de moi un objet de convoitise et de luxure et puis... Tant que je serais libre, Grim me recherchera... Est-ce donc ça la liberté ? Toujours courir, toujours échapper à un oppresseur et ne jamais profiter ? Je ne savais pas, je ne savais plus... ≪ - J'ai peut-être pas été assez clair, mais t'es à moi Kali. Tu m'appartiens et tu resteras ma propriété jusqu'à ce que je décide que tu n'es plus un investissement intéressant. ≫ Je tente de le regarder alors que son regard est aussi dur que la pierre, mais au bout d'un moment, je finis par redéposer mes prunelles en direction du sol. Son sourire néanmoins semble enjoué. Serait-il étonné de ce que je suis capable de faire ? Ou alors s'amuserait-il de ce retournement de situation ? Pour ma part, je sombre peu à peu dans la confusion. Jusqu'alors, j'avais toujours cru en ce qu'il disait. Qu'un homme pouvait en posséder un autre. La marque même sur ma cheville ne cessait de me rappeler ma condition d'esclave. Que le proxénète et ses clients pouvait faire de moi ce qu'ils désiraient... Mais ça, c'était parce que je n'avais pas connu une meilleure situation. Un monde où tout les gens que l'on rencontre ne sont pas forcément avide de sexe et que certains même sont prêts à vous tendre la main alors que vous êtes en détresse. Que la plupart des individus vivent et marchent librement sans jamais soucier du lendemain. Que malgré notre indépendance, on devait subvenir tout seul pour nos besoins. Et que pour cela, il fallait trouver du travail. Certes. Mais malgré tout, sans pour autant tomber dans la contrainte. Je garde toujours la tête basse et je suis aussi muet qu'une tombe lorsqu'il continue. ≪ - Tu m'as déçus, tu sais ? Qu'est-ce que tu as en stock pour te racheter ? T'y as pensé ? ≫ Au bout d'un moment, je me dis que je dois me défendre. Que je dois prouver que je n'ai pas peur de lui. Et paradoxalement, je songe à choisir les meilleurs mots pour m'expliquer afin de le caresser dans le sens du poil, lui faire croire que cette évasion n'est rien de plus qu'une action futile. Que si sentence il y aura, alors il fallait chercher à ce qu'elle soit amoindrie par ma prétendue rédemption. ≪ - Je... Je n'y ai pas pensé. ≫ Commençais-je d'une voix tremblante et hésitante. ≪ - Je ne comptais pas revenir... ≫ Enchaînais-je. ≪ - Ça fait vingt-quatre ans que je vis cette existence-là. Je pensais... que je méritais bien cela... Que vous trouveriez sans doute quelqu'un pour me remplacer. ≫ fis-je alors comme une pauvre petite créature naïve. Est-ce qu'il allait croire à mon petit jeu ? J'espérais, car c'était bien un rôle qui m'avait toujours été attribué à la Tatum House. Jouer les âmes sensibles et fragiles, avec cette pointe de naïveté. Mais mon escapade prouvait également que j'étais doté d'une assez bonne petite tête pour me sortir des situations délicates. Pourtant, je n'hésite pas à continuer. ≪ - Je m'excuse pour ce mal entendu. ≫ fis-je finalement avant de planter mes prunelles dans les siennes, jouant alors le petit esclave qui n'attendait qu'une chose : son affranchissement. Mais Grim ne me laisserait probablement pas partir comme ça alors que, comme il le disait si bien : je lui rapportais beaucoup. J'étais également docile lorsque je le voulais bien aussi... Et puis dans toute cette histoire, il y avait ce risque de voir un jour son petit monde s'effondrer parce qu'un putain avait décidé de se dresser contre son persécuteur. Je prouvais à toute ces autres personnes retenues une chose : le proxénète était humain aussi et il avait des failles. Accepter de se défaire de moi serait comme accepter sa défaite... J'avais donc beau pleurer, implorer, crier et espérer, ce n'est pas comme ça que je pouvais gagner pleinement ma liberté. Non c'est décidé. Il fallait que je me venge de ces années de captivités et d'asservissements. Que cela soit par le biais de la justice ou par un tout autre moyen. Je vais devoir faire preuve de courage, m'endurcir et aller de l'avant, mais tant pis.

_________________


k a l i .
(/ˈkɑːli/), also known as Kālikā, is the Hindu goddess associated with empowerment, or shakti. She is the mighty aspect of the goddess Durga. The name of Kali means black one and force of time, she is therefore called the Goddess of Time, Change, Power, Creation, Preservation, and Destruction. Her earliest appearance is that of a destroyer principally of evil forces. Various Shakta Hindu cosmologies, as well as Shākta Tantric beliefs, worship her as the ultimate reality or Brahman; and recent devotional movements re-imagine Kāli as a benevolent mother goddess.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

† Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: ② ☇ YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK. // pv grim cole   

Revenir en haut Aller en bas
 

② ☇ YOU WOULD NEVER HAVE COME BACK. // pv grim cole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mini, the come back !!
» Evil is back !
» Background Personnages
» Kirei... ze come back!!
» [Salle Trolliste] 16 Janvier 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
who's the bad guy ? :: 03. Les origines du mal - Cliffshire. :: Honey Grove. :: Pinewood museum.-